L'Actualité en Temps Réel

Politique : le « Je » de Macky (Ben Makhtar)

 

Ses adversaires le prennent pour un nain politique. Ils se trompent. Macky Sall sait jouer. Il refuse de perdre la main. A chaque étape, il sait faire échec et mat. Cette phrase glissée dans le communiqué du Conseil des ministres d’hier et les mesures individuelles prises en disent long sur ses intentions et options.

Jusqu’où ira Macky Sall ? L’homme semble bien avoir appris des erreurs de son prédécesseur à la tête de l’Etat. Pas question de minimiser un adversaire ou de perdre du temps. Il a toujours la botte secrète pour rebattre les cartes et donner une tournure nouvelle à la situation politique.

Tous les observateurs s’attendaient à un départ de Abdoulaye Baldé du groupe parlementaire Benno BokkYaakar, départ synonyme de perte de la si toute petite majorité. En lui confiant les commandes de la si prestigieuse et juteuse Apix, Macky maintient l’ex-maire à ses côtés et lui offre une surface financière pour poursuivre le combat contre Ousmane Sonko à Ziguinchor aux côtés de Victorine Ndéye et Doudou Kâ.

Le tout nouveau patron de la Sapco, Souleymane Ndiaye viendra aussi en renfort. Idem à Thiès où Birame SouleyDiop de Pastef et président du groupe parlementaire Yewwi aura du fil à retordre face à Abdoulaye Dièye désormais tout puissant directeur général de l’AIBD. Même Yankhoba Diattara devra surveiller ses arrières car Abdoulaye Dièye sait investir en politique. Quid du Fouta ?

Face à un Abdoulaye Daouda Diallo qui a osé exprimer ouvertement son désaccord sur certains choix du président, l’arrivée de Mountaga Sy au Port Autonome de Dakar sonne comme une récompense due aux foutankés mais surtout cette promotion cache les relents de la préparation d’une nouvelle élite dans une contrée qui n’a pas caché dimanche dernier son soutien à Mimi Touré. Le jeu parait trouble sauf pour le maitre du « Je ».

Autre décision de ce Conseil des ministres très attendu : le Président de la République demande au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice d’examiner dans les meilleurs délais, les possibilités et le schéma adéquat d’amnistie pour des personnes ayant perdu leurs droits de vote. Qui sont ces personnes ?

On parle bien d’amnistie. Il ne s’agit ni de Bougazelli ni des faussaires de passeports dont les dossiers sont encore pendant devant la justice. Idem pour Barthélémy Toy Diaz. Ici, les cas Khalifa Sall et Karim Wade seront les dossiers à traiter. Le Président de la République ne veut pas laisser l’initiative aux députés de l’opposition.

Son Garde des Sceaux comprend très bien la signification des mots meilleurs délais et schéma adéquat. Le PDS par la voix de Nafissatou Diallo a beau demander une révision de procès à l’image de Bougane Guèye qui récuse les amnisties calculées mais Macky Sall n’en a cure. Il a son agenda : libérer les « fauves » Khalifa et Karim pour semer la zizanie dans la meute féroce d’une opposition domestiquée par Ousmane Sonko.

C’est le début de l’implosion, de la guerre des égos, de l’exacerbation des ambitions, de l’ouverture de la précampagne électorale pour deux personnalités ligotées depuis des années. Le Pds tient enfin son candidat libre et libéré. Le PS fait face à un dilemme : se recroqueviller derrière une Aminata Mbengue Ndiaye dont l’avenir est dans son passé ou rejoindre Khalifa Sall décidé à prendre sa revanche sur tout le monde ?

En définitive c’est Ousmane Sonko qui devient le grand perdant de ce charivari politique créé et orchestré au millimètre par Macky Sall conscient que l’irruption de Mimi Touré ouvre une troisième voie aux contours imprévisibles.

Le Sénégal politique va vers des jours intéressants à suivre. Macky Sall se veut fûté et rusé. Ses adversaires se montrent offensifs et impertinents. Les électeurs prennent leur mal en patience.

Ben Makhtar-Senegal7