Accueil Actualités Politique : Mettons de l’éthique sur l’étiquette

Politique : Mettons de l’éthique sur l’étiquette

Si j’ai bien compris, avant le coronavirus il y avait plus de 22.000 enfants de moins de 5 ans qui mourraient au Sénégal de diarrhée, de palu, de rhume…mais c’est quand il y a eu coronavirus avec 326 morts que le devoir les a mené à la mésalliance ?

Si j’ai bien compris, avant coronavirus il y avait 1.460 femmes qui mourraient chaque année au Sénégal d’une grossesse ou des suites d’une grossesse mais c’est avec 326 morts de coronavirus que le devoir les a mené vers les beaux pâturages marrons.

Si j’ai bien compris, Malick Noël Seck, OSER la transhumance, Oumar Sarr (ancien de Rewmi), Oumar Gueye (ancien de Rewmi)…avaient raison avant eux de transhumer le Macky ?

Vaincre sans avoir raison n’est pas la seule forme de faire la politique. Passer maitre dans l’art de duper, tromper, trahir le peuple est la manière la plus vile de faire la politique mais pas la seule.

Le Sénégal a aussi donné naissance aux Lamine Ibrahima Arfang Senghor, Aline Sitoé Diatta, Yacine Boubou, Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia, Blondin Diop, Thierno Souleymane Baal…Soyons leurs dignes héritiers.

Par Guy Marius Sagna

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici