Accueil Actualités Port autonome de Dakar: Un record de 9 milliards

Port autonome de Dakar: Un record de 9 milliards

9 milliards de francs Cfa dont 3 milliards versés au fisc, tel est le «  record historique jamais égalé dans toute l’histoire  » du port autonome de Dakar (Pad) réalisé après un an et demi d’exercice du nouveau directeur général Ababacar Sadikh Béye.

Le Pad a fait ce jeudi son bilan annuel de l’année 2018. D’après Ababacar Sadikh Béye, directeur général du port, « En 2018, le port a fait des résultats exceptionnels et historiques grâce à l’expertise et à l’engagement des portuaires, grâce aussi à l’orientation stratégique des administrateurs, grâce aussi à la confiance du président de la république, Macky Sall. Aujourd’hui nous avons le plaisir de rendre compte des résultats que le port n’a jamais atteints ».

S’agissant de l’exploit réalisé par le port de Dakar, M. Béye d’informer qu’ « Au sortir de l’exercice du 31 décembre 2018, le port a fait des bénéfices avant impôts de 9 milliards de francs Cfa et le port a payé en impôts 3 milliards au service du fisc. Ce qui veut dire qu’en résultat net, le port se retrouve avec 6 milliards 325 millions de francs Cfa. C’est un record jamais égalé dans toute l’histoire du port », se réjouit-il. Non sans préciser que  ce résultat a été obtenu grâce à une combinaison d’optimisation des recettes mais aussi à une vision clairement définie qui a permis de resserrer les lignes sur un certain nombre de charges tout en maintenant les emplois.

« Malgré toutes ces charges, nous avons pu améliorer les soldes de trésorerie qui étaient en négatifs de 7,8 milliards de francs Cfa. Aujourd’hui, le port a une trésorerie positive de 7,4 milliards de francs Cfa. Ce qui fait que c’est un effort de plus 15 milliards qu’on a pu obtenir. L’encourt de la dette a été drastiquement amélioré passant de 45 milliards à 35 milliards aujourd’hui », a renseigné l’ancien DG de l’Ansd.

Sur ce qui est de la congestion du port, il explique : « nous avons fait des efforts énormes. En septembre, nous connaissions des piques de congestion qui faisaient que les bateaux restaient en rade soit 15 jours ou 10 jours jusqu’à des piques de 30 aujourd’hui en moyenne  les bateaux restent entre 3 ou 4 jours ».

SALIOU NDIAYE