« Pour le boycott des produits marocains et espagnols !(Alassane K. Kitane)

Il faut d’abord commencer par dénoncer la terminologie, il ne s’agit pas de drame (le mot est trop neutre), mais d’un assassinait. Nous devons exiger une enquête indépendante, la punition sévère des auteurs de ce crime.

La vie des Noirs est partout sacrifiée avec une facilité et une indifférence déconcertantes. Qu’avons-nous fait au Seigneur pour mériter une telle « malédiction »? Qu’avons-nous fait pour nous faire respecter ? Pourquoi n’aimons-nous pas ce que nous sommes ?

Nous devons ensuite promouvoir l’idée d’un boycott des produits marocains et espagnols, c’est une question de dignité pour nos frères tués si lâchement. Des êtres humains inconscients, frappés par des agents des services de sécurité ; des jeunes désespérés et pris dans l’étau de la fumisterie et de l’injustice d’une humanité sans humanité. Que de sanglots étouffés par le brouhaha ! Que d’espoirs volatilisés ! Quelle ignominie ! Et nous, nous sommes là insensibles à la détresse de notre jeunesse abandonnée par les uns, instrumentalisée comme de la chair à canon par les autres. Quel manque de générosité !

Dans tous les pays du monde ce crime susciterait la révolte des populations mobilisées par la société civile, les intellectuels et les artistes. Mais chez nous la vie humaine n’a pas beaucoup de valeur, chez nous, seule la politique politicienne et les manigances d’un petit président-politicien intéressent les intellectuels et autres élites. La seule vie qui a de la valeur est celle des autres. Il n’y a guère longtemps les réseaux sociaux chez nous étaient inondés de propos émouvants à propos du jeune Ryan. Aujourd’hui 37 jeunes ont perdu la vie, mais, pas même un profil Facebook pour dénoncer ou pour compatir. C’est ce qu’on appelle proprement la morale d’esclave : un esclave oublie souvent sa situation, l’accepte et la trouve normale au point de s’apitoyer sur le sort de sont maître méchant et sans âme. La honte !

Que voudrait-on ? Un pays où des papy occupent les postes stratégiques et où des fonctionnaires se battent pour que l’âge de la retraite soit allongé jusqu’à 65 ans est-il généreux envers sa jeunesse ? Notre égoïsme est tel que c’est un miracle si nous continuons à former une communauté jusqu’à présent.

Alassane K. KITANE