Accueil Politique Présidentielle 2019 : Idrissa Seck, l’arbre qui cache la forêt d’une Opposition...

Présidentielle 2019 : Idrissa Seck, l’arbre qui cache la forêt d’une Opposition indécise

L’Opposition dite radicale se retrouve dans l’impasse totale sur plusieurs points d’achoppements relatifs à son homogénéité  et à la conduite à tenir notamment sur le choix d’une candidature unique ou plurielle. Idy émerge du lot sans pour autant obtenir l’onction de ses pairs sur toutes les questions d’intérêt stratégique qui les concerne, Du coup, le jeu démocratique s’en retrouve biaisé face à un pouvoir qui proclame son avance sur ses adversaires dispersés.

L’Opposition dite radicale se retrouve sur plusieurs fronts qui l’accablent à mesure que la présidentielle se rapproche. D’abord à l’interne, elle peine à sceller son homogénéité. Les différents leaders qui la composent ont toujours du mal à accorder leurs violons sur plusieurs   scenarios  consensuels susceptibles  de maximiser leurs stratégies pour l’abordage de la présidentielle. Ainsi face à la candidature unique et/ ou plurielle qui est source de division en leur sein, aucune solution n’est encore trouvée. Aussi le fichier électoral que les experts de l’Union Européenne et de l’Allemagne ont validé et qu’ils estiment utilisable ne rencontre pas l’adhésion de tout le monde en leur sein. La marge d’erreur de 1,2 à 1,9% concernant une centaine de milliers de sénégalais, relativement à des noms qui manquent, des données pas complètes ou des inversions ne les agrée pas tous non plus. Idy qui fait figure de chef de l’Opposition et qui apparait beaucoup plus comme la solution que le problème du contrepouvoir ne bénéficie pas encore de l’assentiment   de tous les leaders de l’Opposition, notamment celui du leader du parti démocratique sénégalais(Pds),le Président Wade. Quant ce dernier proclame partout qu’il est en avance par rapport à ces adversaires  dont la propension est d’occuper les médias et de parler pendant que lui, travaille ; cela laisse entendre que les conditions d’un bon abordage de l’élection présidentielle ne sont pas encore réunies. De facto, le jeu démocratique s’en retrouve biaisé car les points d’achoppements qui grippent le consensus  autour du processus électoral entre le pouvoir et l’opposition pour une présidentielle apaisée, stable et démocratique n’est pas encore acquis. Et les affaires Khalifa Sall  et Karim ont fini de convaincre les sénégalais sur la volonté systématique du pouvoir d’écarter des candidats  à la présidentielle susceptibles de leur tenir  tête en 2019.Tous effets combinés qui démontrent à suffisance que la gestion sobre et vertueuse dont se gargarisaient les tenants du pouvoir est loin de faire l’unanimité au sein de l’opinion publique sénégalaise. Du coup, la question est de se demander si l’Opposition en arriverait à maximiser ses chances autour d’un Idrissa Seck qui fait figure de challenger le plus habilité à tirer la locomotive qui fera face au Président sortant Macky Sall en 2019.Mais dans cet embrouillamini d’ordre politique, il est important de rappeler que le peuple sénégalais a  toujours été en avance sur les politiques. Ce qui fait que ces derniers n’ont pas le droit de faire n’importe quoi dans la  régulation du  jeu démocratique. A contrario, ce serait regrettable !

Senegal7.com