Accueil Une Présidentielle 2019 : « Karim Wade » invalidé par le quitus fiscal...

Présidentielle 2019 : « Karim Wade » invalidé par le quitus fiscal !

Le parti démocratique sénégalais (Pds) a célébré ce Week-end, le 42e anniversaire du premier Congrès du parti tenu en 1976.A Kaolack, les libéraux ont martelé que si Karim Wade n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élection. Or, du coté du pouvoir, l’épée de   Damoclès plane toujours sur la tête de Wade-fils au cas où il tenterait de revenir au bercail en vue de la présidentielle de 2019.

A quelques mois de l’élection présidentielle de 2019,les libéraux sont en train de peaufiner des stratégies pour le retour au bercail de leur candidat ,Karim Wade en vue de la présidentielle de 2019.C’est un secret de polichinelle que Macky et ses hommes de main  ont  déjà mis en place un plan d’invalidation de la candidature du fils de Viviane Wade. Un plan qui n’éveillerait certainement pas des soupçons de la part du peuple sénégalais. Il s’agit principalement de la formalité de dépôt d’un quitus fiscal, condition sine qua non pour la recevabilité d’une candidature à la présidentielle. Or dans ce cas d’espèce, Karim doit verser une somme de  138 milliards au trésor public pour bénéficier de ce sésame. Ce qui n’est pas plausible pour lui. En effet pour obtenir un quitus fiscal, le candidat à la présidentielle doit   impérativement  avoir payé tous ces impôts. Etant entendu que Karim se retrouve présentement au pied du mur  en plus de la lourde amende qu’il doit payer  à l’Etat à la suite de sa condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). C’est dans ce cadre que le libéraux se sont réunis ce Week-end pour fêter le 42e anniversaire du premier Congrès de leur parti tenu en 1976 .Occasion mis à profit par les libéraux de Kaolack pour attirer l’attention des militants et responsables sur les dangers  qui guettent le Sénégal. « Il y a des menaces réelles sur la candidature de Karim Wade. Parce que le Président Macky Sall sait très bien qu’avec la participation de Karim Wade, il n’aura pas de deuxième mandat. Si Karim n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élection dans ce pays. C’est ça le principe », a martelé le Dr Cheikh Tidiane Seck. Pour ces libéraux, les élections législatives ont été truquées, c’est la raison pour laquelle, ils doivent s’organiser davantage pour garantir au sénégal une élection libre et transparente. Mais pour eux, il n’y a ni plan A ni  plan B. Karim Wade reste et restera leur candidat qui fera face au Président Macky en 2019.

Senegal7.com