Accueil Actualités Présidentielle 2019 : Le décor d’un tsunami politique est...

Présidentielle 2019 : Le décor d’un tsunami politique est planté

Nul au monde n’aurait cru que des manœuvres politiciennes aussi hypothétiques, d’un clan vorace, obnubilé par sa seule survie, pouvaient se payer le luxe d’un contentieux  pré-électoral, qui placerait notre pays, dans une adversité politique aussi dangereuse. Plus que jamais, les sénégalais ont l’impérieux devoir de se préparer au pire car le destin d’un peuple tourmenté, est en train de se jouer dans des combines absurdes. Offenser l’avenir et saborder l’histoire, n’est pas sénégalais.

Notre pays le Sénégal a toujours été un havre de paix et de stabilité politique de par le monde. Une exception africaine que nous envie la diplomatie internationale et qui nous est léguée par  les Présidents  Senghor Diouf et Wade. A l’évidence, le peuple sénégalais est un peuple de cœur mais aussi d’esprit. Un peuple qui sait élire mais qui ne sait pas sanctionner ou du moins qui le fait mal. Un peuple que la politique politicienne a fini de rendre myope par rapport à la sacralité de son avenir démocratique. Les signes et signaux d’un sénégal qui risque de sombrer dans la dépression politicienne sont plus que visibles. Et à mesure que la présidentielle approche, le régime de Macky multiplie ses tours de passe-passe, se fait de plus en plus musclé, mate ses opposants au mépris de la loi, terrorise les Sénégalais et multiplie ses absurdités sur le processus électoral. Tout le monde entend, voit et observe sans lever le plus petit doigt pour dénoncer l’injustice et l’incurie érigé en règle, sous nos cieux. Les politiciens rusent, Les intellectuels se taisent, la presse se barricade pour la plupart, les citoyens se démarquent, les régulateurs sociaux tels que la société civile-décapitée- et les chefs religieux et coutumiers, détournent leur attention. L’opposition porte seul un combat quasi-impossible, le pouvoir impose sa force pour régner en maître sur Tout. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font  le mal, mais par ceux qui les regardent agir, et qui refusent d’intervenir ».Le décor d’un tsunami politique est presque à planté et personne n’ose ou ne veut parler. Clemenceau  ne savait pas si bien dire quand il déclarait : « Gloire au pays où l’on parle ».Or, au stade où le Sénégal aspire à l’émergence, absence notoire de dialogue, confrontation tout azimute, surenchère politique, délation, coups de force et emprisonnement, sont les choses les mieux partagées, entre majorité et opposition .Et personne ne daigne parler. Offenser l’avenir et saborder le passé, n’est pas Sénégalais. Car, le jour que tout basculera dans des affrontements violents, la parole n’aura plus de place. Et les Sénégalais comprendront dès lors qu’ils ont tous raté le coche de la paix et de la concorde civile au moment opportun.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments