Accueil Actualités Présidentielle 2019 : Le pétrole et le gaz, le principal enjeu

Présidentielle 2019 : Le pétrole et le gaz, le principal enjeu

pétrole
pétrole

Les premiers barils de pétrole commercialisables à partir de 2021, ou au plus tard en 2023 au Sénégal. La découverte d’importants gisements offshore de pétrole et de gaz, verra le Sénégal intégrer le club des pays producteurs d’hydrocarbures. Ce qui explique en partie, l’enthousiasme que revet la présidentielle du 24 février 2019.

Car, jamais, une élection présidentielle n’a aussi suscité autant d’appetits de la part de ceux stempillés technocrates, mais surtout des partis traditionnels.

Deux gisements de pétrole à Sangomar

Les deux gisements découverts en 2014 par la junior écossaise Cairn Energy sur le bloc de Sangomar, à 100 km au large de Dakar, devraient produire leurs premiers barils de pétrole commercialisables à partir de 2021, ou au plus tard en 2023. Les réserves du bloc ont été réestimées à la hausse, à plus de 2,5 milliards de barils (b), et le rythme de production attendu est de 100 000 à 120 000 b/jour.
«À travers sa filiale Capricorn Senegal Limited, Cairn Energy opère trois blocs d’exploration au large du Sénégal (Sangomar Offshore profond, Sangomar Offshore et Rufisque Offshore), dont elle détient 40 % aux côtés des australiens Woodside Petroleum (qui vient de racheter la participation de 35 % de l’américain ConocoPhillips) et FAR Ltd (15 %), et aussi de la Société des pétroles du Sénégal, Petrosen (10 %)», avait informé Jeune Afrique.

540 milliards de m3 de gaz à Cayar

«En janvier dernier, au large de Saint-Louis, sur le champ Grand-Tortue-Ahmeyim (sur la frontière sénégalo-mauritanienne), et en mai, à Cayar, à 65 km au large de Dakar, ce sont 540 milliards de m3 de gaz qui ont été découverts par Kosmos Energy. La junior américaine en détient 60 % des droits, aux côtés de Timis Corporation (30 %) et de Petrosen (10 %). «Le gaz sénégalais devrait pouvoir être exportable dans quatre ans», affirme Andrew Inglis, PDG de Kosmos Energy. Un bol d’air pour le pays, qui doit jusqu’à présent s’acquitter d’une facture annuelle oscillant entre 450 milliards et 530 milliards de F CFA (entre 686 millions et 808 millions d’euros) afin de couvrir ses besoins en pétrole et en gaz. Et un sujet qui déchaîne les passions, avec la polémique autour des transactions – jugées « douteuses » par une frange de l’opposition et de la société civile – entre l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis, patron de Timis Corporation, et son associé Aliou Sall, frère cadet du chef de l’État, à propos des blocs de Grand-Tortue».

Polemique sur la gestion de la manne pétroliére et gazière

La bataille pour gagner la présidentielle de 2019, fait déjà rage entre le pouvoir et l’opposition, soutenue par la société civile dans sa demarche de voir tout le monde impliqué dans la egstion de la manen pétrolière et gazière.

Selon la société civile sénégalaise, cette polémique a eu le mérite d’engager le débat sur la gestion de la future manne pétrolière et gazière, la nécessité de mettre en place un cadre réglementaire précis ainsi que des instances de gouvernance indépendantes.
Cet état de fait a d’ailleurs amméné le chef de l’État a créé le Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (COS-Petrogaz). Sa mission, selon les autorités en place, est d’assister l’exécutif dans la définition, la supervision, l’évaluation et le contrôle de la mise en œuvre de la politique de l’État dans le développement de projets pétroliers et gaziers.
Ene effet, la mise en place de cette entité pour une gestion inclusive des ressources pétrolières et gazières n’agrée pas Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye et les autres figures de l’opposition qui agitent la question de la gestion des ressources naturelles du Sénégal. C’est la ruée vers le pétrole et le gaz.
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici