Accueil Politique Présidentielle 2019 : Le Sénégalais vote la personne et non pour...

Présidentielle 2019 : Le Sénégalais vote la personne et non pour un programme politique !

L’élection présidentielle qui se déroulera dans quelques mois est partie pour permettre au sénégalais de se préparer à choisir leur chef. Mais un choix décisif  qui continue de  poser problème en ce sens que le sénégalais  vote la personne et non  pour  un programme politique.

D’expérience,  le sénégalais en général  vote la personne et non pour un programme politique fondamental. Et cette posture dichotomique semble faire du chemin dans la vie politique de nos concitoyens. En outre, le sénégalais a toujours du mal à choisir son chef. En fonction des  adversités politiques généralement, il  y  a souvent un prétexte grandeur-nature pour évincer un chef d’Etat et en plébisciter un autre  en dehors de tout  programme politique adéquat. Aujourd’hui, le chef de l’Etat sortant Macky Sall fait face à une opposition qui se cherche mais qui réalise de plus en plus que seule la pluralité des candidatures homogénéisée pourrait le sortir de l’ornière lors de la prochaine  présidentielle. Certes le Président Macky tente vaille que vaille de gagner la bataille médiatique en annonçant qu’il est « en avance » sur  ses adversaires mais que la chose politique est tellement aléatoire chez nous autres sénégalais, qu’il urge de savoir raison garder. Les sénégalais ne sont pas encore sortis de l’auberge du point de vue de leur vécu quotidien. Les affaires Khalifa et Karim Wade tétanisent  beaucoup plus   nos concitoyens que la présidentielle elle-même en tant que joute électoraliste. Et la majorité ne comprend toujours pas que le peuple sénégalais a toujours été « en avance » sur les politiques et sait en découdre avec quiconque qui s’emploierait à lui ôter la justice sociale dont il est si friand. L’opposition tout comme la majorité joue leurs va-tout. Respectivement, la première mise sur un second tour pour faire mouche, tandis que la deuxième travaille à remporter la palme dès le premier tour. Dans ce hiatus, il conviendra de faire ressortir la frustration relative aux dossiers judiciaires exhibés comme une épée de Damoclès sur la tête de certains leaders  pour les empêcher de tourner en rond, et les fraudes massives qui pourraient donner une longueur d’avance de la majorité sur ses adversaires. Mais dans cette élection, tout peut arriver. En bien comme en mal !

Senegal7.com