Accueil Actualités Présidentielle 2024 : Si lointaine, si proche

Présidentielle 2024 : Si lointaine, si proche

Candidats 2019

En vérité, toute bataille politique remportée ou perdue ouvre la voie à une autre ; il n’y a point de repos en politique puisque la nature a horreur du vide. C’est en ce sens que la Présidentielle de 2024 s’annonce trop rude au Sénégal. Déjà, du côté du parti au pouvoir, et même de l’opposition, on cherche la bonne formule en prélude de cette joute électorale. Les enjeux sont énormes, car, le parti au pouvoir ne sait d’abord pas comment y parvenir. Parce que ses alliés jugés les plus «sûrs» : le Ps et l’Afp ont décidé de présenter chacun un candidat. Sauf revirement de dernier moment. Car, des propositions sont en train d’émerger dans la mouvance présidentielle de faire de Benno Bokk Yakaar, un grand parti politique. C’est-à-dire une véritable machine électorale qui pourra rafler la mise aux Locales, aux Législatives et à la prochaine présidentielle. Du côté de l’opposition c’est Ousmane Sonko, qui bouscule la hiérarchie face à un Pds qui médite sur son sort et à un Idrissa Seck aphone.

2024, si lointain, si proche

Les différents challengers du pouvoir en place qui prétendent demander les suffrages des Sénégalais en 2024, n’ont pas la même approche politique. Si Idrissa Seck du parti Rewmi opte pour le silence parce que dit-on semble être déçu par les Sénégalais d’ici et d’ailleurs qui ont réélu Macky Sall, Ousmane Sonko, arrivé troisième à la dernière présidentielle, préfère le jeu du marquage à la culote. Car, après un moment de répit ai sortir des joutes électorales du 24 février 2019, il revient à la charge. Il a opté pour une communication tous azimuts. Dans les radios, les plateaux de télé, les sites d’informations et en grande partie dans les réseaux sociaux, il est le politicien le plus en vue. Ses révélations contre le régime en place, font le chou gras de la presse nationale et internationale.

Il s’est agi selon des observateurs avertis de la scène politique sénégalaise de marquer son territoire. Cette manière de faire de la politique lui a fallu des résultats inattendus à la dernière présidentielle, avec un score de 15%.

Le jeu de ruse politique du pouvoir en place

Cela semble à un jeu de ruse. Car, au sortir de la présidentielle, le calendrier républicain est malmené comme jamais. Une première au Sénégal. Les élections Locales sont reportées, une, deux, trois fois. Aujourd’hui, seuls Macky et son entourage immédiat savent la date à laquelle ces élections se tiendront.

Pis. Dans cette ruse politique sans précédent au Sénégal, le pouvoir manœuvre au regard et au su de tous pour que les Législatives soient couplées à la Présidentielle. Ce, par le truchement du fameux dialogue politique qui n’est rien d’autre que de confirmer les décisions de Macky Sall. D’ailleurs, c’est cela qui est à l’origine du boycott du Pds et de Pastef. Ils disent ne trouver aucun intérêt à y participer. Car, tout a été déjà réglé comme une montre par l’exécutif.

Candidature de l’Afp, le poids politique d’une décision !

Aussitôt, après avoir honorer leurs engagements vis-à-vis de l’Apr en lui donnant un second mandat, voilà que certains parti de la coalition présidentielle envisagent déjà l’après-Macky Sall. Le parti de Moustapha Niasse, l’Alliance des forces de progrès (AFP), révèle déjà sa position et se déclare candidat en 2024.

Deux fois faiseur de roi en 2000 et 2012 où il était arrivé troisième lors des élections présidentielles, l’actuel président de l’Assemblée nationale du Sénégal pourra avoir une autre opportunité d’engager son parti dans une course à la présidence.

Moustapha Niasse et ses partisans ne s’en cachent pas, le compagnonnage et la loyauté sont à accorder plus à Macky Sall qu’à l’entité qu’il dirige. Voilà ce que déclare Bouna Mouahammed Seck, le directeur de cabinet du président Niasse : « comme tous les partis politiques, l’Afp est créée pour la conquête du pouvoir. Nous avons un candidat en 2024».

La déclaration de candidature à une présidentielle qui se profile dans 5 ans ne porte pas un enjeu important si ce n’est la claire décision de rompre les amarres avec le parti au pouvoir le moment venu.

Le Ps et l’après Tanor

C’est dans cette formation politique que les choses semblent plus compliquer. Ce, avec le rappel à Dieu de son Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng. Car, il n’a pas laissé de relève.

Il ouvre une brèche vers des retrouvailles incertaines, avec la sortie de prison de Khalifa Sall que beaucoup créditent d’être le successeur immédiat de Tanor pour mener à bon bord le parti socialiste. Cependant, les choses ne seront pas aussi aisées. La responsable nationale des femmes, secrétaire générale adjointe, ne se laissera point faire. Du fait que Khalifa Sall, Bamba Fall, Barthélemy Dias, Aissata Tall Sall… ont été purement simplement exclus du parti ; Aminata Mbengue Ndiaye s’accroche.

Déjà, on est tous tenté de nous poser la question du poids de ce parti après plus de 5 ans de « fusion » avec l’Apr. Que vaudra cette formation après qu’elle sera restée 12 ans (2012-2024) sans participer à des élections sous sa propre bannière ?

Il faut préciser que depuis l’élection de Macky Sall, le Ps et l’Afp se satisfont de leur posture d’accompagnateurs, remorqués par la coalition Bennoo Bokk Yaakaar.

Le Pds et l’amnistie de Karim

Aujourd’hui, quoi que l’on puisse dire, le Pds est dans des tractations et des manouvres monstres pour que le fils du «Pape» soit remis dans ses droits civiques et politiques. Et seul l’actuel président tient les clés. Ce qui du reste, a suscité la poignée de main entre Wade, son père et Macky Sall avec la supervision de Touba. C’est pourquoi, de nos jours, aucune autre stratégie n’est peaufinée par le Pds à part le retour de Karim Wade au bercail. En sus, le parti vit une division sans pareille, du fait de la mise en place d’un nouveau secrétariat.

Présidentielle de 2024, si lointaine, si proche.
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici