Accueil Actualités Présidentielle américaine: comment recompte-on les votes aux États-Unis ?

Présidentielle américaine: comment recompte-on les votes aux États-Unis ?

Donald Trump va demander un recomptage des votes dans l’État du Wisconsin remporté par son rival, Joe Biden. Une procédure compliquée qui diffère selon les États.

Alors que le vainqueur n’est toujours pas connu, Donald Trump continue d’entretenir la suspicion quant à la sincérité du scrutin. Le président sortant a annoncé plusieurs procédures judiciaires dont une demande de recompte des votes dans le Wisconsin, remporté par son rival mercredi soir (heure française). Si la procédure est récurrente aux États-Unis, les votes du Wisconsin ayant déjà été recomptés en 2016, elle n’est toutefois pas évidente et diffère selon les États.

Avec 98% des votes dépouillés et une avance de 20.510 voix (49,4% contre 48,8%), Joe Biden a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle dans l’État du Wisconsin, un swing state. Donald Trump et son équipe de campagne n’ont toutefois pas attendu l’annonce de la victoire du candidat démocrate pour annoncer qu’ils allaient demander un recompte des votes. «Des irrégularités ont été rapportées dans plusieurs comtés du Wisconsin qui font peser de sérieux doutes sur la validité des résultats», a ainsi indiqué Bill Stepien, le directeur de campagne de Donald Trump. «Le président est dans la marge qui permet de demander un recompte et nous allons le faire immédiatement», a-t-il précisé dans un communiqué.

«Une affaire des Etats»
Car, comme bien souvent aux États-Unis, chaque État a ses propres règles. «Le recompte des voix est une affaire des États, indique Bernadette Meyler, professeure de droit à l’Université de Stanford. Trump va donc faire sa requête directement au Wisconsin et, ensuite, chaque État a ses propres règles pour autoriser ce recompte et la méthode utilisée pour compter les votes». Il existe deux types de procédures aux États-Unis: le recompte automatique et celui réalisé à la demande d’un candidat. Dans le premier cas, il est réalisé dès que les résultats entre les deux candidats sont trop serrés. La marge diffère selon les États, elle est de 0,5% ou moins pour le Dakota du Nord, par exemple, de 0,1% ou moins en Arizona quand le Michigan compte, lui, en nombre de voix et déclenche cette procédure quand l’écart entre les deux candidats est de moins de 2000 voix.

Le Wisconsin, lui, ne met pas en place de recompte automatique mais il peut être demandé par le perdant si la marge entre les deux candidats est inférieure ou égale à 1%, ce qui pour le moment est le cas. Reste à savoir ensuite si tous les votes seront recomptés ou seulement ceux de certaines circonscriptions. Dans le cas des recomptages automatiques, la première option est souvent privilégiée. Dans le second cas, ce dernier peut être partiel selon les demandes du candidat. Joe Biden pourrait toutefois demander que le recomptage de circonscriptions non choisies par le camp Trump soit également effectué.

Donald Trump doit cependant attendre que les résultats soient finalisés, ce qui n’est pas prévu avant plusieurs semaines. Une fois cette étape remplie, les États envoient leurs résultats à la commission électorale fédérale. Donald Trump disposera ensuite de trois jours après l’envoi des résultats à la Commission – qui doit valider tous les résultats le 1er décembre – pour faire sa demande, s’il demeure dans la marge des 1%. Rien n’est moins sûr puisque tous les votes n’ont pas encore été dépouillés. D’ailleurs, si Donald Trump parvient à ses fins et que Joe Biden gagne avec une marge supérieure à 0,25%, ce sera au président américain et non au Wisconsin, de financer la procédure.

Une procédure longue et complexe
Reste à savoir quelle méthode sera utilisée pour recompter les voix. Là encore tout dépend des États puisque certains disposent de machines à voter et d’autres non. Le recompte peut donc se faire à la main, grâce à des machines qui scannent les bulletins ou les machines à voter peuvent également avoir leur propre mécanisme de contrôle. Et, parfois, plusieurs méthodes peuvent être employées comme en Floride lors de la présidentielle de 2000 opposant George W. Bush et Al Gore. Les votes ont été recomptés plusieurs fois à la demande des démocrates, avec des machines d’abord puis directement à la main, le score entre les deux candidats étant toujours très serré. Finalement, saisie par les républicains, la Cour Suprême avait tranché en annulant le dernier recompte, validant ainsi la victoire de George W. Bush.

«Dans le cas du Wisconsin, il y a peu de chances de rencontrer les mêmes problèmes puisqu’il est rare que plus de 20.000 votes aient été mal comptés, analyse Sanford Levinson, professeur à l’Université de droit du Texas. En Floride, l’écart était de 537 voix seulement. Donc je pense que si Trump reste dans la marge des 1%, les votes seront recomptés et ils confirmeront la victoire de Joe Biden. Le candidat démocrate n’aura alors aucune raison de contester ce nouveau dépouillement des voix devant la justice». Une complication pourrait toutefois s’ajouter pour ces élections compte tenu de l’utilisation massive par les électeurs américains du vote par correspondance. Les règles diffèrent encore une fois selon les États, certains imposant une vérification des signatures des électeurs, parfois manuellement, qui accompagnent les bulletins de vote. Un délai supplémentaire qui pourrait encore rallonger la proclamation officielle du vainqueur de cette élection présidentielle 2020.

Senegal7 avec Lefigaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici