Accueil Politique Présidentielle anticipée: Non, l’urgence ce n’est pas une élection

Présidentielle anticipée: Non, l’urgence ce n’est pas une élection

« Il urge pour le Président Macky Sall de décider, et d’annoncer urbi et orbi, une élection présidentielle anticipée à laquelle il ne participera pas »,  c’est l’avis de l’ancien ministre et compagnon de Me Abdoulaye Wade, Habib Sy. 

C’est une proposition incompréhensible dans une République qui se respecte vraiment. Comment peut-on appeler à une élection anticipée dans un pays où le président de la République élu pour 5 ans, vient tout juste de boucler un an de gestion ?

Pour argumenter, Habib Sy a expliqué dans les colonnes de nos confrères de Vox Populi un certain nombre de considérations sur lesquels il s’est adossé.

Selon lui « il n’est pas besoin d’être un devin ou un excellent prévisionniste pour prédire un scénario politique, social et économique explosif au Sénégal ». Car ajoute-t-il  » la stabilité du pays ne tient qu’à un fil ».

Analysant ce qui se passe actuellement au niveau de la sous-région, l’ancien maire de Linguère pense que « notre pays ne sera pas exempt d’une  contagion du virus d’instabilité qui sévit dans la sous-région ouest Africaine ».

Avant d’estimer que « les jeunes du Sénégal scrutent la situation au Mali, prêtent attention à l’incertitude en Guinée, se posent des questions sur le proche avenir de la Guinée Bissau, s’interrogent sur le flou en Côte -d’Ivoire ».

Toutes ces considérations poussent Habib Sy a marteler qu’ « il urge pour le Président Macky Sall de décider, et d’annoncer urbi et orbi, une élection présidentielle anticipée à laquelle il ne participera pas ». Il ajoute également que « l’élection présidentielle sera couplée avec les élections législatives de 2022 ».

La question qui se pose alors à l’ancien ministre est de savoir « quel est réellement cette crise politique-si ce n’est celle sanitaire relevant de facteurs exogènes- dont il fait état jusqu’à vouloir diminuer le mandat du président de la République à seulement de trois ans ? ».

Une question à laquelle, il faudra qu’il réponde, parce que une telle crise n’existe pas présentement pas au Sénégal. Il est vrai que la pandémie de la Covid-19 a mis à genoux le pays comme d’autres plus grandes nations de ce monde mais ce fléau nous vient de la Chine.

Il est vrai aussi que la gestion du foncier est en ébullition dans presque toutes les régions du Sénégal, mais il faut le dire ça n’a pas encore atteint un niveau si grave qui dicte de raccourcir le mandat du président.

L’atmosphère qui prévaut actuellement dans le pays est à peu prés le même qui existait dans le pays avant la venu de la pandémie de la Covid-19.

Il faut rappeler qu’entre 2008 et 2012, la tension sociale couplée à la crise mondiale de l’époque n’avait pas empêché le président Wade de finir son mandat.

Le calendrier Républicain, quel est son utilité dans tout ça ? Si nous voulons faire du Sénégal une démocratie qui va au-delà des discours des politiciens, il faut quand même commencer à respecter certains symboles.

Si certains ont toujours l’ambition d’être président de la République, qu’il garde leur mal en patience jusqu’en 2024, Année à laquelle le président que les sénégalais ont élu en 2019 à plus de 58% va terminer son mandat.

Mais pour le moment, Il ne faut pas que les ambitions des uns et des autres viennent perturber les citoyens qui ont d’autres préoccupations que ces débats sans fondement.

                        Mouhamadou Sissoko-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici