Accueil Actualités Présidentielle de 2019 : Le dialogue pouvoir-opposition au point mort, la...

Présidentielle de 2019 : Le dialogue pouvoir-opposition au point mort, la société civile aux aguets pour éviter le chaos électoral.

Entre le pouvoir et l’opposition, le désamour s’accentue davantage à l’approche de la présidentielle qui va se tenir ce 24 février 2019. Le parrainage qui a déjà mis hors course 19 prétendants au fauteuil présidentiel, les candidats Karim Wade du Parti Démocratique Sénégalais et Khalifa Sall de Manko Taxawou Sénégal qui pourraient être disqualifiés, la suite dans l’affaire des coalitions dirigés par Idrissa Seck, Malick Gackou, et Madické Niang appelés à régulariser leur nombre de parrains et qui pourraient se voir éliminer de la couse, peuvent raviver la tension déjà au seuil de son paroxysme.

La société civile, en de pareilles circonstances, a toujours joué le rôle de médiateur pour désamorcer la bombe. Elle ne compte pas pour cette fois ci, jouer le rôle de simple spectateur. Le président de la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme assure que de grandes initiatives sont en vues pour que la présidentielle puisse se dérouler dans la paix. « La société civile sera à un certain moment, obligée de prendre ses responsabilités » assure Assane Dioma Ndiaye qui rappelle que « leur présence au conseil constitutionnel s’inscrivait dans la dynamique de faire la médiation entre le pouvoir et l’opposition pour apaiser la situation déjà tendue mais en vain » regrette-t-il. Du côté du Forum Civil, on semble aussi mesurer la gravité de la situation. C’est pourquoi, nous révèle une source, les responsables de l’ONG travaillent dans le sens de concocter un plan pour aplanir les positions entre les différentes parties. Alioune Tine d’AMNESTY International s’est aussi signalé dans ce sens en lançant un appel au pouvoir et à l’opposition de trouver un consensus avant l’élection présidentielle. Le Groupe de Recherche et d’Appui-conseil pour la Démocratie Participative et la bonne gouvernance (Gradec) essaie aussi de rapprocher les positions. Cependant pense Assane Dioma Ndiaye « il faut fédérer les efforts un peu éparpillés, pour une plus grande efficacité ».
Samba NDIAYE / SENEGAL7