Accueil Actualités Présidentielle nigériane : Buhari se heurte à un bilan peu reluisant

Présidentielle nigériane : Buhari se heurte à un bilan peu reluisant

Economie, lutte contre la corruption, sécurité étaient les grands thèmes de la campagne de Muhammadu Buhari en 2015. Les trois axes aussi de son mandat présidentiel. Quatre ans après la première transition démocratique de l’histoire du Nigeria, le bilan du chef de l’Etat sortant n’est pas reluisant.

C’est l’histoire d’un désenchantement. Elle commence en 2015. Après seize années de pouvoir exclusif du People’s Democratic Party (PDP), une coalition de trois partis d’opposition – le All Progessive’s Congress (APC) – émerge et porte aux nues un candidat du Nord, tant attendu après le décès au pouvoir d’Umaru Yar’Adua en 2010.Et qu’importe si l’ancien général est âgé et austère, il est, à n’en pas douter, cet homme à poigne qui remettra le pays dans le droit chemin. Les Nigérians se prennent alors à rêver.« L’incorruptible » putschiste qui a su imposer de fortes mesures entre 1983 et 1985 va mettre un terme au mal qui gangrène le géant pétrolier depuis de très longues années. Le clientélisme va disparaître entraînant avec lui la fin du soutien des parrains politiques. Dans les songes les plus audacieux, le militaire va également terrasser l’insurrection des islamistes de Boko Haram, alors qu’une « révolution verte » garantit déjà aux 190 millions d’habitants une sortie de la dépendance au pétrole. L’homme providentiel n’a pas lésiné sur les promesses. Mais à l’heure du bilan : le constat est amer.Une économie en bernD’après le baromètre World Poverty Clock, le Nigeria est désormais le pays au monde qui compte le plus grand nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté (87 millions), devant l’Inde. Il faut dire que l’ancien général n’a pas bénéficié d’une conjoncture favorable. Peu après son élection, le prix du baril chute. Dans un pays où l’or noir compte pour 70 % des revenus de l’Etat et 90 % des revenus d’exportations en devises étrangères, les conséquences sont considérables.Dès 2016, le Nigeria plonge dans la plus importante récession économique de ces 25 dernières années. En dépit d’une reprise à la hausse de la courbe en 2017, la croissance du géant ouest-africain demeure fragile. Selon le Bureau national des statistiques (NBS), elle s’établit à 1,9 % pour l’année 2018, loin de la croissance à deux chiffres fantasmée au début de la décennie.« La diversification de l’économie promise par le candidat Buhari en 2015 n’a pas eu lieu », analyse Benjamin Augé, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI). « Des efforts ont été faits sur la question minière et en dehors de quelques changements dans l’agriculture – qui avaient déjà été amorcés sous Goodluck Jonathan – le budget du Nigeria est presque toujours entièrement dépendant des recettes pétrolières. »Impact direct : de longs retards de paiement des salaires des fonctionnaires et des augmentations de taxes dans certains Etats. Le ralentissement des exportations a entraîné une lourde pénurie de devises étrangères ce qui a favorisé l’inflation. Quant au chômage, il s’est envolé : 23,1 % au troisième trimestre 2018, selon les données publiées en décembre dernier par le NBS. Soit cinq points de plus qu’il y a un an à la même période.(…).