Prix Murambi : le livre des ossements de Boubacar Boris Diop

En 1998, il participe, avec dix autres écrivains africains, au projet d’écriture sur le génocide des Tutsi au Rwanda : « Rwanda : écrire par devoir de mémoire ». De cette expérience résulte son roman, Murambi, le livre des ossements, paru en 2000, puis dans une version augmentée en 2011.

L’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop est perplexe devant cette initiative, il change rapidement d’avis : « Les discussions avec les rescapés et les tueurs tout comme les visites des sites du génocide des Tutsi ont été une leçon d’histoire que j’ai voulu à tout prix partager avec mes lecteurs ».

Murambi, le livre des ossements est bien plus qu’un roman sur ce que Boubacar Boris Diop appelle le génocide des Tutsi du Rwanda en opposition à la thèse du double génocide.

C’est une oeuvre utile pour saisir l’indicible, pour mettre des mots sur des horreurs inimaginables.

Mumrambi, le livre des ossements donne à voir une myriade de destins individuels pendant le génocide avec la volonté de l’auteur d’être fidèle au vécu de ses interlocuteurs sans prétendre à la neutralité de l’homme de science.

A travers ce passage à l’acte assumé de devoir de mémoire, c’est le meilleur de la création littéraire que nous offre Boubacar Boris Diop.Un gros coup de coeur Africavivre !

Mumrambi, le livre des ossements a vu le jour grâce à l’initiative de Fest’Africa d’impliquer une dizaine d’écrivains africains dans la réflexion sur le génocide de 1994 au Rwanda. Boubacar Boris Diop est d’avis que l’obtention de ce prix Murambi est une forme de reconnaissance qu’il accueille avec humilité.

Assane SEYE-Senegal7