Accueil Actualités Prodac contre « caisse d’avance » : Les Sénégalais retiennent leur souffle...

Prodac contre « caisse d’avance » : Les Sénégalais retiennent leur souffle !

Au gré des malversations financières qui mettent des sénégalais sur le banc des accusés, Khalifa Sall le maire de Dakar a été prestement emprisonné sans tambours ni trompettes pour une rondelette somme d’un milliard 800 millions de FCFA. Mais ironie du sort, un ministre de la République qui s’appelle Mame Mbaye Niang  est aujourd’hui épinglé pour 29 milliards de FCFA du Prodac. Sans entrer  dans les détails, faites le calcul et soupesez l’impunité qui sous-tend l’un de ces éléments de  comparaison.

Khalifa Sall le maire de Dakar est sous les verrous pour avoir été épinglé dans le cadre de la gestion de la « caisse d’avance » de sa municipalité. Le pouvoir de Macky lui reprocherait des malversations financières estimées à un milliard 800 mille de FCFA. Candidat déclaré à la prochaine présidentielle, la sentence de 5 ans de prison qui lui est offerte, et l’amende de 5 millions de FCFA disproportionnelle à la somme  à l’origine de sa condamnation, sont autant d’indices, qui démontrent à suffisance, que quelque chose cloche dans ce fameux dossier judiciaire. Mais comme la reddition des comptes est un principe sacro-saint, de bonne gouvernance que le Macky ne cesse de   rabâcher, les sénégalais ont dû applaudir des deux mains. Mais aujourd’hui, ces mêmes sénégalais se sont ravisés et ne croient plus  à la gestion sobre et vertueuse du régime qui rechigne à  envoyer en prison ces propres hommes, qui sont pourtant poursuivis pour des cas de détournements similaires, à ceux de Khalifa Sall. Mame Mbaye Niang le ministre du Tourisme se la coule douce alors qu’il lui est reproché d’avoir détourné 29 milliards du Prodac. Et cerise sur le gâteau, non seulement le chef de l’Etat lui refuse sa démission, mais aussi et surtout, la Justice ne fait rien pour le mettre au pas au même titre que le maire de Dakar et par extension, Karim Meissa Wade. Dans un pays où les opposants sont destinés à la « guillotine », et que les gens du pouvoir épinglés se retrouvent couvés sous l’aisselle du Président de la République, l’on assiste à la gouvernance d’une « auberge espagnole ».Car, l’on y met et fait ce qu’on veut au mépris de tous. Voilà ce qui fait peur aux sénégalais, qui refusent désormais de croire à cette forme d’ « émergence » susceptible d’annihiler la démocratie sénégalaise.

Assane SEYE-Senegal7.com