L'Actualité en Temps Réel

Psychologie: les meilleures (et les pires) façons de repérer un menteur

Au cours des dernières années, la recherche psychologique sur la tromperie a donné des résultats décevants. La plupart des travaux antérieurs se sont concentrés sur la lecture des intentions d’un menteur par le biais de son langage corporel ou de son visage – joues rougies, rire nerveux, regard fuyant. L’exemple le plus célèbre est celui de Bill Clinton, qui s’est touché le nez lorsqu’il a nié sa liaison avec Monica Lewinsky, ce qui a été considéré à l’époque comme un signe évident de mensonge.

Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité : symptômes et méthodes de traitement
Selon Timothy Levine, de l’université d’Alabama à Birmingham, l’idée est que l’acte de mentir provoque des émotions fortes – nervosité, culpabilité, peut-être même exaltation du défi – qui sont difficiles à contenir. Même si nous pensons avoir un visage impassible, nous pouvons tout de même laisser échapper de minuscules mouvements connus sous le nom de « micro-expressions » qui peuvent nous trahir, ont-ils affirmé.

Pourtant, plus les psychologues cherchaient, plus les indices fiables semblaient difficiles à trouver. Le problème est l’énorme variété du comportement humain. Avec un peu de familiarité, vous pourrez peut-être repérer les tics d’une personne lorsqu’elle dit la vérité, mais d’autres agiront probablement très différemment ; il n’existe pas de dictionnaire universel du langage corporel.

 

Amadou