Accueil Actualités Radicalisation : les services publics concernés mais pas menacés

Radicalisation : les services publics concernés mais pas menacés

Un rapport parlementaire pointe quelques secteurs où la vigilance doit être renforcée, mais ne décrit pas une situation alarmante.

«Il ne faut pas être dans le déni, ni dans la panique», martèle Eric Poulliat, député La République en marche corapporteur avec Eric Diard (Les Républicains) du rapport parlementaire sur la radicalisation dans les services publics, adopté et rendu public mardi. Un document que d’aucuns ont qualifié d’«explosif». Les deux hommes sont plus mesurés et ne veulent pas alarmer inutilement. Et c’est là le principal mérite de leur travail, qui a donné lieu depuis l’automne à une cinquantaine d’auditions, menées à huis clos et non publiées. Leur rapport le confirme, le phénomène demeure marginal. A titre d’exemple, une trentaine de surveillants pénitentiaires (sur un total de 41 000) sont suivis pour radicalisation. Ce constat ne constitue pas une nouveauté, même si le risque, qui ne tient pas seulement au nombre de personnes concernées, est bien réel.

Saliou Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici