Accueil Actualités Realpolitik : Idy est-il le garant de la majorité virtuelle...

Realpolitik : Idy est-il le garant de la majorité virtuelle du Macky !

Au-delà de l’affaire Adji Sarr  qui  aura  mis le pays à feu et à sang, le leader de Pastef, Ousmane Sonko et  le  Chef de l’Etat Macky Sall résonnent en termes de rapport de force sur le plan politique. Le chef de fil de Pastef procède à une opération de charme tandis que le Président Sall garde jalousement le garant de sa majorité. Le premier invite l’opposition à s’additionner et le second se délecte de son addition. La nuance aura été de taille.

Le président Abdoulaye Wade a été le premier à brandir le statut du chef de l’opposition dans un contexte politique très agité sous son magistère. Le landerneau politique national en a beaucoup glosé à l’époque sans jamais voir sa concrétisation dans un jeu politique empreint de manœuvres.

Sous Macky également, le même rituel est reconduit avec en prime une bagatelle de deux milliards de FCFA comme caisse d’avance. Mais au gré des circonstances, on en est arrivé à comprendre que ce « mirage » ne serait qu’un subterfuge pour neutraliser des adversaires politiques gênants ou  alors jauger leur profil  au sein de l’opposition.

Du coup, nombre de sénégalais présume aujourd’hui que si Idrissa Seck le leader du parti Rewmi n’avait pas rejoint la majorité présidentielle, il aurait irrémédiablement bénéficié de ce statut du chef de l’opposition. Mais hélas, les choses ont tourné autrement.

Lors de la dernière présidentielle, le Président Macky a engrangé 58% des suffrages de nos compatriotes en remportant haut la main le scrutin. Ajoutés aux 20% de Idrissa Seck, il serait peinard. Mais la question est de se demander si ces statistiques sont des « produits finis » qui ne s’effritent jamais en fonction des passifs et des actifs de la vie ?

La question reste entière et Idy fait figure de garant des 78% des  suffrages de la majorité, tandis que  Sonko, lui, appelle l’opposition à s’additionner. Le rapport de force s’impose déjà aux acteurs politiques.

Assane SEYE-Senegal7