Accueil Actualités De la terreur à la teranga : Le Sénégal l’a échappé bel...

De la terreur à la teranga : Le Sénégal l’a échappé bel !

De la terreur à la teranga, le pays de Kocc Barma Fall a failli basculer dans la déchéance totale après trois journées d’émeutes relativement à l’affaire Adji Sarr Ousmane Sonko. D’une affaire de viol présumé, l’affaire en est devenu politique car mettant aux prises le Chef de l’Etat et son principal opposant. Mais grâce   à la dimension spirituelle de nos chefs religieux et la teranga sénégalaise, le pays l’a échappé bel.

La terreur, c’est  avant tout une absence de paix, de  quiétude et sérénité pour une société donnée. C’est un climat social chargé où tout le monde craint le pire et  où les violences d’où qu’elles viennent engendrent la mort et des destructions de biens d’autrui. Mais la terreur  peut être psychologique, physique, verbale ou latente dans une entité donnée.

Pour le cas de notre pays le Sénégal, l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko qui aura généré plus de 12 morts et des émeutes incommensurables a démontré que la terreur n’est propre à aucune société.

Qu’elle n’est guère immuable. En effet ce qui s’est passé les 3,4 et 5 mars derniers dans notre pays a suscité une telle terreur que les sénégalais sont plongés jusqu’ici dans une psychose généralisée.

Au niveau des réseaux sociaux, les menaces de morts et les appels à incendier des maisons de personnalités citées étaient tels qu’on n’aurait jamais cru que ça se passait au Sénégal. Forces de défense et de sécurité usaient de la violence légitime pour neutraliser la violence des manifestants déchainés et prêts à tout pour défendre une cause.

Laquelle cause est passée d’un cas de viol supposé à un problème politico-économique. Des jeunes réclamaient plus d’emploi et les jeunes du parti Pastef réclamaient la libération de leur leader arrêté et placé en garde à vue à la gendarmerie de Colobane.

Des citoyens qui n’avaient rien à voir avec les manifestations consécutives à l’affaire Adji Sarr ont vu leurs biens détruits, spoliés ou volés sans qu’ils soient à mesure de l’empêcher. Les commerces d’Auchan pour la plupart ont été attaqués et vandalisés.

Des stations à essence incendiés, des commerces d’inconnus détruits, des véhicules incendiés, les édifices publiques détruites. Les violences étaient  en effet à leur comble au point de pousser des ministres et Dg à déménager pour échapper  à la vindicte des manifestants.

Fort heureusement, nos guides religieux ont joué des méditions qui ont porté leurs fruits. Le calme est revenu pour ne pas dire l’accalmie. Reste à savoir si le Sénégal pourrait échapper à cette terreur en lieu et place de la teranga si chere à notre pays.Mais la teranga a pris le déçu sur la terreur le 5 mars dernier.

Elle a brisé les chaines de la terreur qui avaient entouré les jeunes. Notion propre à notre Sénégal, la teranga sénégalaise est connue partout dans le monde surtout en Afrique. Peut être définie comme étant une vie de partage.

Une vie en communauté. La teranga est la façon de vie du sénégalais. Elle allie hospitalité, hygiène de vie, façon de parler, de s’habiller, le respect envers les autres (surtout aux ainés) et le fait d’être toujours prêt à servir à un étranger un plat. Le respect de la parole, de l’autre, la liberté de pensée, de se mouvoir…, constitue aussi la teranga sénégalaise.

Sur cet angle, il semble que ladite notion s’effrite. Surtout avec les évènements qui se sont passés dernièrement dans le pays. Profitant de l’arrestation de SONKO, les jeunes se sont levés pour réclamer le retour de la démocratie à la nation ou de la teranga. A l’origine, la démocratie désigne un régime politique dans lequel tous les citoyens participent aux décisions politiques au moins par le vote

Il désigne aujourd’hui tout système politique dans lequel le peuple est souverain. Cette souveraineté n’est plus actuelle au Sénégal avec nos politiques. Les gouvernants imposent leurs idées, leurs lois à la population seule détentrice de l’autorité dans la cité.

Faisant de la terreur une arme, ces politiciens manient à leur guise la volonté populaire. Qui pour se libérer se déchainent et en lieu et place de la teranga opten pour la violence. Ainsi, il est aisé de dire que la teranga ne peut prospérer que dans une nation ou il y a une démocratie au sens large du terme.

Fanta Diallo Bâ /Assane SEYE-Senegal7