Accueil Actualités Réappropriation des richesses pétrolières : Pourquoi le Sénégal a raté le coche

Réappropriation des richesses pétrolières : Pourquoi le Sénégal a raté le coche

Le Sénégal a raté la première phase de réappropriation de ses richesses minières et pétrolières, selon l’ouvrage d’Ousmane Sonko : « Pétrole et Gaz, Chronique d’une spoliation ».Et le Sénégal ne saurait être une exception pétrolière de par le monde. Et pour mieux étayer son propos, Sonko a comparé la posture de la Norvège à celle du Sénégal face aux multinationales véreux.

    L’ouvrage d’Ousmane Sonko s’attaque de prime abord du cadre de souveraineté de nos ressources minières et pétrolières bien spécifié par la thématique. La loi Sénégalaise stipule que tous les gisements ou accumulations naturelles d’hydrocarbures existant dans le sous-sol de la République sont la propriété de l’Etat. Ce qui en l’espèce pose problème dans la mesure où ce qui appartient à l’Etat n’appartient pas forcément au peuple Sénégalais. Car il y a bien un écart entre le gouvernement et les gouvernés. Mais Ousmane Sonko a voulu donner le cas de la Norvège où des ressources pétrolières ont été découvertes et qui se trouvait dans le même cas aujourd’hui que le Sénégal. A l’instar de Petro-Tim en accord avec le Sénégal, Phillips Petroleum Compagnie qui est une multinationale Américaine avait fait la proposition à la Norvège pour quelques 160 000 dollars par mois, de lui acheter les droits exclusifs pour la recherche du pétrole sur le socle norvégien. Les autorités Norvégiennes refusèrent et en 1963, elles affirmèrent leurs droits souverains sur toutes les ressources de son socle continental. Aujourd’hui, ce choix judicieux de la Norvège aura permis à ce pays de produire plus de 2 millions de barils de pétrole par jour et en plus de 40 ans d’exploitation. Ainsi, l’industrie a crée des valeurs supérieures à 1500 milliards d’euros en monnaie courante. Tout le contraire du Sénégal, se désole l’ouvrage de Sonko. Qui indique que pour des engagements d’investir 833 000 dollars par mois (20 000 000 de Dollars pour une période de deux ans par bloc, dans le cas de Petro-Tim), une entreprise étrangère peut se voir reconnaitre des droits aussi étendus que celui d’explorer, de contracter des partenaires ou de spéculer sur des bloc pétroliers. Voilà pourquoi, prétendument, le Sénégal aurait raté le coche de la réappropriation de ses ressources minières et pétrolières, selon Ousmane Sonko.
    Assane SEYE-Senegal7