Accueil Actualités Recrudescence de la migration: ADHA tire la sonnette d’alarme

Recrudescence de la migration: ADHA tire la sonnette d’alarme

Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) tire la sonnette d’alarme face à la recrudescence de la migration irrégulière et à la situation des migrants sénégalais abandonnés à leur triste sort.

En effet, Selon le HCR et l’OIM, au moins 45 migrants et réfugiés sont décédés au large de la Libye ce mercredi 19 août 2020 et 37 rescapés originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana ont été placés en détention en Libye.

Ainsi, cette nouvelle tragédie porte le bilan à au moins 302 morts ayant péri en tentant de traverser la Méditerranée à bord d’embarcations de fortune. A cela s’ajoute de nombreux migrants portés disparus dans le désert libyen et celui d’Agadez qui a toujours été un lieu de transit, sans compter ceux qui sont vendus comme esclaves par des bandes organisées.

Cette situation nous pousse à nous interroger sur l’efficacité de la politique migratoire en Afrique.

Nous rappelons que le Sénégal n’a jamais été maître de son destin migratoire depuis 2005, puisque les financements proviennent de l’UE et de ses États membres.

Malgré les accords européens destinés à dissuader de telles traversées, dont plus de 200 milliards investis dans le domaine de la migration par l’UE de 2005 à 2019, la crise sanitaire et le récent projet de partenariat opérationnel conjoint UE – Senegal doté de 9 millions d’Euros du 11 Mars 2020, le rythme des
départs des migrants s’est considérablement accéléré.

Face à cette situation alarmante, l’ADHA dénonce avec la dernière énergie l’absence de politiques efficaces pouvant faire face aux phénomènes migratoires. Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) rappelle que ce sont les pays africains qui assument l’essentiel du fardeau de la migration et qui, par conséquent, payent le plus lourd tribut.

Ainsi, il est impératif et urgent de poursuivre la réflexion avec la participation active des jeunes qui sont les principaux concernés et de mettre en place de nouveaux mécanismes de sortie de crise, plus soucieux de la prise en charge des fléaux de la jeunesse africaine, parmi lesquels le chômage et le sous-emploi.
L’ADHA recommande de :

– Réduire les inégalités à l’intérieur des pays et entre les pays;
– Faciliter les migrations ordonnées, sûres, régulières et responsables, la mobilité des personnes, y compris par la mise en œuvre de politiques migratoires concertées, planifiées et bien gérées;
– Revoir la politique d’insertion des jeunes en valorisant les métiers du secteur informel;
– Mettre en cohérence les politiques migratoires dans les pays de l’espace CEDEAO;
– Renforcer davantage la coopération Nord-Sud et Sud-Sud;
– Promouvoir la bonne gouvernance pour garantir l’égalité des chances à l’emploi;
– Impliquer les jeunes dans les prises de décision car ils sont les seuls à pouvoir réellement défendre leur droit et parler des réalités et difficultés qu’ils vivent au quotidien.

Au ministère de la Jeunesse du Sénégal, ADHA recommande fortement de s’impliquer davantage et de poser des actes concrets tendant à une meilleure prise en charge des questions et préoccupations des jeunes.

Pour finir, de dépêcher des émissaires pour le rapatriement des compatriotes bloqués en Libye

A.K.C – Senegal7