L'Actualité en Temps Réel

Réponse à Ibrahima Sène : « Mais qui a réellement disjoncté et perdu le nord? » (Par Oumar Gning)

À la lecture du texte de Ibrahima Sène à propos du président du Grand Parti, Malick Gakou, un premier mot m’est venu à l’esprit : Pathétique !
En effet, cet article au vitriol et maladroitement à charge témoigne de toute la déchéance intellectuelle, mais aussi morale, de cet ancien gauchiste velléitaire. En observant la trajectoire de certains acteurs de cette génération de marxistes, et à de rares exceptions, on ne peut manquer d’être affligé par leur reniement au contact du pouvoir et de ses privilèges. Ô rage, ô désespoir, la lutte des places a manifestement remplacé celle des classes !

Mais revenons à ce texte d’une désarmante platitude. En gros, Ibrahima Sène accuse Gakou, dont il ne prend même pas la peine d’écrire correctement le nom, de tenir un discours » haineux, radical et régionaliste ». Cependant, on ne peut pas comprendre ces propos de Sène si on n’a pas suivi sa précédente contribution en ligne intitulée » Candidature de la mouvance présidentielle pour 2024″. Face à la volée de bois vert reçue de ses co- légionnaires de BBY, et certainement de peur de perdre sa sucette ( au fait, est il toujours PCA de ce machin là qui s’active dans l’or de Sabadola ?), le camarade apparatchik Sène n’ rien trouvé de mieux que de battre en retraite. Et qui de mieux que le pauvre Gakou pour donner des gages de sa rapide repentance? Au demeurant, Sène est coutumier des faits, car on ne passera pas sous silence son accusation à l’endroit de Macky Sall de taupe ( tiens, tiens!) de Wade avant le premier tour ; de suppôt de l’impérialisme français entre les les deux tours de l’élection. C’était en 2012.
Tout à sa précipitation suspecte, Sène occulte totalement le contexte du discours de Malick Gakou à Kaolack. Premièrement, ce dernier n’étant pas originaire de cette région, nul ne peut soutenir décemment qu’il a tenu un discours soi- disant » régionaliste » en la nommant; deuxièmement, quiconque connaît un tant soit peu Gakou ( et Sène devrait) sait que la haine et l’intolérance ne l’habitent pas; troisièmement, et c’est là l’essentiel, en disant que Macky Sall a tué Kaolack, Gakou parlait des promesses non tenues pour cette belle région, au potentiel économique négligé par le gouvernement actuel. Dans son discours, le président du GP rappelait l’importance du port d’éclatement de Kaolack- projet semble t-il mort-né- et du développement de l’agriculture dans la zone. En conclusion donc, Malick Gakou dira que Macky Sall a tué Kaolack, économiquement s’entend.

Mais la triste réalité est que ce n’est pas ce qui intéresse Ibrahima Sène, qui a vite fait de revisiter son lexique d’ancien communiste en y exhumant l’accusation la plus infâmante qui soit: petit bourgeois. Qui est le petit bourgeois ici entre celui qui protège des intérêts étroits et l’autre qui a démissionné d’un gouvernement pour ne pas cautionner les forfaits que l’on connaît ? Aussi, Sène se souvient t-il des Assises Nationales auxquelles son parti, le PIT, avait activement pris part. Malick Gakou est, à ce jour, l’un des rares leaders à se réclamer des Conclusions de ces Assises, dont l’idée directrice est l’équilibre des pouvoirs dans la République.

Malheureusement, Sène n’a cure de tout cela et montre à souhait que c’est réellement lui qui a « pété les plombs et perdu le nord ». Il a raté une occasion de se montrer héroïque en maintenant sa déclaration sur le troisième mandat. Héroïsme, dont ses maîtres à penser Marx et Engels, dans le Manifeste du parti communiste, jugent qu’il a été noyé dans les eaux glacées du calcul égoïste d’individus de son acabit. Pathétique, je vous disais !

Oumar Gning
Coordonnateur Grand Parti Département de Kaolack