Accueil Actualités Report des Locales, front social en ébullition : Macky tombe sur son...

Report des Locales, front social en ébullition : Macky tombe sur son propre piège

Le mandat des Maires et Présidents de Conseil départementaux a alors, légalement, pris fin depuis le 24 mai 2019, mais ces derniers, du fait du report répété des Locales, continuent d’exercer leurs pouvoirs sans restriction aucune. Et tout ceci dans une parfaite illégalité. Tout cela est le résultat de calculs politiques du pouvoir en place. Aujourd’hui, avec la situation sociale tendue par la hausse de l’électricité et des denrées de première nécessité, Macky Sall et son régime risquent si rien n’est fait d’ici à un an, d’être sanctionné par les électeurs. D’ailleurs, du côté de l’opposition, cette période est mise à profit pour sillonner le pays, et vilipender le régime sur ses manquements jugés graves dans la prise en charge des aspirations des populations. Malick Gakou même ce combat depuis un certain moment.

L’illégalité…

Le reporter des Elections locales est devenu une habitude au Sénégal, pire même une tradition.

En effet, depuis 1996 les élections municipales et départementales ne se sont pas tenues à date échue; la majorité trouve toujours le prétexte politique pour les repousser et protéger ses arrières. Celles de 2019 n’ont pas fait exception: prévues le 24 mai 2019, elles ont été repoussées (et non reportées selon l’ancien Ministre de la Justice Ismaila Madior Fall) jusqu’au 1er décembre 2019, et viennent d’être reportées (cette fois-ci selon le Ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye) à une date qui reste à être déterminée.

Le mandat des Maires et Présidents de Conseil départementaux a alors, légalement, pris fin depuis le 24 mai 2019, mais ces derniers, du fait du report, continuent d’exercer leurs pouvoirs sans restriction aucune. Et tout ceci dans une parfaite illégalité.

Dans la même foulée, Valdiodio Ndiaye du Collectif des organisations de la société civile pour les élections (Cosce) presse le pas aux acteurs politiques engagés dans les discussions en cours au niveau de la Commission cellulaire chargée de conduire les travaux de concertation sur le processus. Invité de Rfm matin de ce jeudi, 6 février 2020, il a demandé ai chef de l’Etat de réglé cette question électorale, car les maires sont dans une illégalité totale inacceptable et trouve mars 2021, trop loin pour la tenue des élections Locales.

«Une violation du principe électif »

Le désormais ex-ministre conseiller du Président Macky Sall parle d’une «une violation d’un principe électif».

Sur sa page facebook, il avait indiqué que le dialogue national avec ce report et la prorogation des mandats territoriaux accouche d’une violation du principe électif

« La classe politique, de tout bord, vient encore une fois de montrer le peu de respect qu’elle accorde au suffrage des Sénégalais. En prorogeant les mandats locaux et en désignant par ricochet les Exécutifs municipaux et départementaux, les participants du dialogue politique violent allègrement le principe électif consubstantiel à la démocratie représentative. C’est dommage qu’en 59 ans d’indépendance le Sénégal a foulé aux pieds depuis 35 ans le calendrier des élections locales et le principe électif qui sont pourtant consubstantiels à la démocratie représentative », a-t-il écrit.

Selon Diakhaté toujours, « en démocratie locale il ne saurait y avoir de collectivités territoriales légitimes sans élection ».

Macky en passe de tomber sur son propre piège ?

Le chef de l’Etat et son régime qui sont dans la logique de remporter les élections locales à venir, comme en atteste leur report, risquent de tomber dans leur propre piège. En effet, si ces élections étaient tenues à date échue, le mal serait moindre. C’est en à dire, en décembre 2021, les chances de Benno Bokk Yakaar étaient réelles. Mais, aujourd’hui, avec la tension qui sévit dans le pays engendrée par la hausse de l’électricité et des denrées de consommation courante, si le tir n’est pas rectifie, d’ici à un an, Macky Sall et ses alliés risquent de voir leur politique sociale sanctionnée à travers les urnes. D’ailleurs, du côté de l’opposition, la tournée à l’intérieur du pays est mise à profit pour vilipender le régime sur ses manquements jugés graves dans la prise en charge des aspirations des populations, largement éprouvées. Malick Gakou mène ce combat depuis un certain moment.
Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici