Accueil Actualités Réseaux sociaux et réseaux mafieux : « Mortal Combat » !

Réseaux sociaux et réseaux mafieux : « Mortal Combat » !

Les réseaux sociaux ont soudain déferlé comme une trainée de poudre au sein de la galaxie Internet. Leur spécificité saute aux  yeux. Ils sont protéiformes et décloisonnent l’information   sous toutes ses formes tout en rapprochant instantanément internautes et professionnels des médias dans le cadre de leur mission de communication et d’information. Le Chef de l’Etat relève ainsi des dérives au niveau des réseaux sociaux  alors que ces derniers se démarquent des pratiques peu orthodoxes de certains de ses proches qui restent mitoyennes  aux réseaux mafieux.

La galaxie Internet  est le premier réseau mondial qui aura  rendu  moindre les quatre coins du globe. Grâce à ce réseau hors du commun, on peut faire le tour du monde sans bouger ,communiquer, échanger, recueillir ou envoyer, explorer ou dériver.

Une véritable magie de l’inter connectivite numérique. Mais quand le Chef de l’Etat s’offusque des dérives notées dans les réseaux sociaux, il parle spécifiquement des médias en ligne, des sites internet qui jouent le même rôle que les médias classiques.

« Le Chef de l’Etat invite le Gouvernement à mettre en place un dispositif de régulation et d’encadrement, spécifique aux réseaux sociaux », rapporte le communiqué du conseil des ministres de ce mercredi.

Mais l’on a tout comme l’impression que le Chef de l’Etat chercherait à mettre au pas ces réseaux sociaux dont il craint qu’ils enfreignent ses visées politiques. Sinon comment comprendre qu’il veuille au détour d’un Conseil des ministres procéder  à la régulation de ce secteur.

Il est vrai que le principe est opportun mais pas au point de vouloir frapper de restriction certains médias qui le dérangent. Le Sénégal n’est qu’un maillon de la chaine du cyberespace. En effet les réseaux sociaux sont englobés par un environnement virtuel  qui désigne l’ensemble des espaces numériques du cyberespace servant de terminaux de diffusion d’informations ou de prestation de services étendus.

Ces différents canaux de diffusion procèdent d’un mode de fonctionnement virtuel dont la spécificité technologique consiste à opérer dans l’éventualité, l’envisageable, la probabilité où la conditionnalité. Vouloir les frapper de restriction parce qu’on a tous les pouvoirs ne milite pas en faveur d’un choix judicieux.

Les réseaux sociaux jouent effet le rôle de vigile de la démocratie et quiconque voudrait les en empêcher se heurtera à un mur. On ne peut arrêter la mer par les bras. C’est impossible. Surtout quand  on constate avec regret d’ailleurs les paroles naguère proférée par l’un des proches du Chef de l’Etat : «Il y a bel et bien des immeubles, des voitures et autres biens construits et achetés avec l’argent de la drogue.

Les trafiquants  ont des complices à l’intérieur même du Sénégal. Encore une fois, si le Procureur m’appelle, je lui donnerai des pistes claires et précises» ,avait-il martelé. Ce qui démontre à suffisance que plusieurs proches du Chef de l’Etat restent mitoyennes aux pratiques mafieuses différentes des pratiques des réseaux sociaux dont la mission consiste à l’inter connectivité et où les médias en ligne jouent un rôle incontournable en tant que vigile de la démocratie.Ce sera au final un « mortal combat » entre le Macky et les réseaux sociaux !

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici