Accueil Actualités Résilience : Quand le Gouvernement justifie son échec par la Covid-19...

Résilience : Quand le Gouvernement justifie son échec par la Covid-19 !

échec

La pandémie à coronavirus aura eu la particularité de biaiser les méthodes de gestion du pouvoir à l’échelle internationale tout comme à l’échelle locale. La plupart des gouvernements se refugie sur les effets collatéraux de la Covid-19  pour se donner un mandat à blanc. Mais derrière cette apparence de façade se cache bien les errements les  plus improbables et les prévarications les plus tenaces en matière de gestion de la cité. Et le pouvoir du président Macky n’échappe guère à cette nébuleuse d’ordre stratégique.

La Covid-19  apparait aujourd’hui pour les pouvoirs  en mal de gouvernance comme une aubaine.

Car, personne ne s’attendait à ce que cette déferlante partie de la Chine en vienne à faire tâche d’huile de par le monde.

Même du point de vue du jargon médical, les connotations changent de statut car les termes positifs et négatifs  signifient autre chose que ce que l’on attendait d’eux.

Est positif au virus celui qui l’a chopé mais à contrario, l’on se contente d’être négatif.

Et cette inversion des acceptions  renseigne sur le caractère biaisé de cette pandémie qui est venue tout bouleverser à l’échelle mondiale.

Sur le plan social, culturel, économique, politique, religieux et même scientifique, la Covid a  ébranlé les certitudes les plus acquises et ébauché des scénarios dignes d’un monde surréaliste auquel  aucun pouvoir n’était préparé.

Rappelant quelque peu la peste d’Albert Camus. La force de ce roman littéraire  prix Nobel en 1957 et publiée en 1945, c’est d’avoir pu 75 ans après, poussé les hommes confrontés aux dures réalités du coronavirus à aller chercher des solutions dans l’imaginaire de ce « monde romantique » présentant des caractéristiques étranges d’avec le Covid-19.

Cependant, tout comme la plupart des gouvernants du monde, le pouvoir du Chef de l’Etat Macky Sall a connu des hauts et des bas, des succès et des échecs, des incertitudes et des  moments d’extase.

Mais avec la survenance de cette pandémie, les données ont changé, les méthodes de gestion ont  connu des mues. Les opposants les plus radicaux ont été reçus au Palais de la République afin de traquer l’ennemi numéro un : La Covid-19.

L’assemblée nationale a voté en procédure d’urgence la loi d’habilitation pour permettre au Chef de gouverner à sa guise dans le cadre de la lutte contre la Covid—19.

Tout le monde a applaudi mais cette posture résiliente n’aura duré que le temps d’une rose.

Quatre mois après, les Sénégalais se sont rendu compte qu’ils n’ont pas été à la hauteur pour stopper la maladie à coronavirus.

L’Etat aussi a compris qu’il  a accusé un cuisant échec face à ce monstre tenace et implacable.

Mais après le discours du Chef de l’Etat de ce lundi, les langues se sont encore déliées et les gens du pouvoir se sont mis à confondre vitesse et précipitation s’agissant de la gestion de cette pandémie.

Aujourd’hui, leur discours se résume  à faire porter leur échec à la Covid-19.Or, sur tous les plans, il urge de faire le distinguo entre la gestion calamiteuse de leur pouvoir et la gestion catastrophique de cette déferlante.

A la limite, l’Ours perd ses poils mais jamais ses vices et la politique politicienne s’est forcément invitée dans  la gestion de ce fléau.

Si les opposants au régime sont incapables de séparer la graine de la Covid-19 de l’ivraie politicienne, le Sénégal risque à bien des égards de sombrer dans l’après coronavirus.

Car, tout est à refaire dans ce pays. L’onde de choc, c’est que le gouvernement tient la Covid-19 responsable de son échec  qui a précédé  la pandémie à coronavirus. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici