Accueil Actualités Retour de IBK au pouvoir, embargo : L’impossible sauvetage de la CEDEAO...

Retour de IBK au pouvoir, embargo : L’impossible sauvetage de la CEDEAO au Mali

IBK

La décision prise par les chefs d’État de la CEDEAO : c’est-à-dire, le rétablissement d’IKB dans ses fonctions et l’embargo imposé au Mali, vont à coup sûr, se heurter à la réalité sur le terrain. Sur le premier point, les putschistes soutenus par le peuple malien, sont intransigeants. Sur le second point, déjà, le Président Sénégalais et Ivoirien se sont divisés à propos des sanctions que la CEDEAO a imposées au Mali. L’impossible sauvetage de la CEDEAO au Mali.  

La CEDEAO veut sauver son image

Les dirigeants de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont annoncé, jeudi 20 août, l’envoi immédiat d’une délégation de haut niveau à Bamako pour le retour de l’ordre constitutionnel, ainsi que toute une série de mesures.

 La Cédéao demande la libération immédiate d’Ibrahim Boubacar Keïta et des officiels, et surtout le rétablissement du chef de l’État dans ses fonctions.

En parallèle, l’organisation dénie toute forme de légitimité au Comité national pour le salut du peuple (CNSP), et demande des sanctions à l’encontre des putschistes et de leurs collaborateurs.

« Le temps des coups d’État est révolu », rappelle la Cédéao et c’est le message qu’elle entend faire passer à la junte. Le Mali est également suspendu de tous les organes de décision de la Cédéao avec effet immédiat.

Sauvetage impossible

La décision prise par les chefs d’Etat de la CEDEAO : c’est-à-dire, le rétablissement d’IKB dans ses fonctions et l’embargo imposé au Mali, vont à coup sûr se heurter à la réalité sur le terrain.

Sur le premier point, ce sont les maliens qui ont montré leur désir de voir le Président IBK quitter le pouvoir. Ce, eût égard au laxisme dont il a fait montre. C’est en ce sens qu’une liesse populaire a accompagné son arrestation par les militaires.

Sur le deuxième point, les sanctions imposées au peuple malien n’agréent guerre    certains chefs d’Etat de la communauté Ouest africaine, dont le Président Sénégalais, Macky Sall.

  Macky et Ouattara divisés

Les chefs d’État de la Cedeao sont divisés sur la gestion de la crise malienne après le coup d’État contre Ibrahim Boubacar Keïta.

Mais, Macky Sall et Alassane Ouattara n’émettent pas sur la même longueur d’ondes à propos des sanctions contre le Mali.

Si le chef de l’État ivoirien opte pour des sanctions radicales et fermes contre les mutins, son homologue sénégalais s’y oppose pour ne pas «enfoncer le peuple malien dans la galère».

Ouattara, Alpha Condé de la Guinée Conakry et Mahamadou Issoufou du Niger ont insisté fortement sur une intervention militaire rapide afin de rétablir IBK dans ses fonctions.

Mais, Macky Sall n’a pas adhéré à cette décision, rapporte Le Quotidien dans sa parution de ce vendredi.

Pour le Président Sall, il faut agir avec responsabilité et célérité afin d’éviter que le Mali ne sombre dans un vide institutionnel.

Pape Alassane Mboup 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici