Accueil Actualités Rétrospectives 2018-Macky, Karim, Khalifa, Sonko : Quatre mousquetaires au combat épique

Rétrospectives 2018-Macky, Karim, Khalifa, Sonko : Quatre mousquetaires au combat épique

L’année 2018 aura retenu l’attention de tous les Sénégalais sur quatre personnalités du landerneau politique national. En l’occurrence : Macky Sall, Karim Wade, Khalifa Sall et Ousmane Sonko. Karim est toujours en exile au Qatar, Kalifa Sall croupit toujours en prison, Ousmane Sonko  continue de contrarier le régime qui l’a disgracié et Macky apparait comme le chef d’orchestre de cette symphonie aux allures d’un règlement de compte politique.

Macky, Karim, Khalifa et Sonko ont  ébauché un scénario politique digne d’un  film western  qui va se prolonger à la présidentielle de 2019.Si comme l’a dit un célèbre penseur, la politique est une guerre sans effusion de sang…, il reste clair qu’entre ces quatre mousquetaires, tout un monde  de manœuvres  et de déstabilisation se fait jour. Et au nom de la politique politicienne où la posture partisane  a pris le dessus sur la posture démocratique, le Chef de l’Etat use de ses pouvoirs régaliens pour mettre au pas de redoutables adversaires politiques en perspectives de la prochaine présidentielle. Pour s’en convaincre, il suffit de se demander pourquoi  ceux qui sont épinglés au sein de son entourage ne sont jamais inquiétés alors que les opposants sont coiffés au poteau sans commune mesure. Deux poids deux mesures que les sénégalais ont du mal à accepter et à comprendre. Karim  a été élargi de prison et forcé à l’exile. Il serait probablement victime de ses ambitions politiques car il reste le candidat du parti démocratique sénégalais (Pds).Khalifa Sall croupit toujours en prison pour avoir été une «  bonne pâte destinée au pétrin ».Ses ambitions qui débordaient du camp  des verts dérangeaient au plus haut niveau et il fallait bien un prétexte grandeur-nature pour le vouer aux gémonies. Ousmane Sonko réputé bouillant a connu une descente aux enfers depuis qu’il a accusé l’institution parlementaire  de ne vouloir s’acquitter de ses impôts. Il fut révoqué de son poste d’inspecteur des impôts avant qu’il ne parvienne à réintégrer l’hémicycle en tant que député. En effet ces quatre mousquetaires ont tous déclaré leurs candidatures à la candidature. Le filtre du parrainage étant mis en branle, Karim s’est surpris de voir son nom ne figurant pas sur les listes électorales. Du coup, il ne peut être candidat à la prochaine présidentielle alors qu’il  est à la tête du premier parti d’opposition du pays. Khalifa Sall est révoqué en tant que maire de la capitale sénégalaise à cause de ses ambitions présidentialistes. Epinglé dans le cadre de la caisse d’avance de sa municipalité, il croupit en prison depuis plus d’un an. Et son procès en appel a atterri en cassation. Le temps ne joue plus en sa faveur et les Sénégalais comprennent où veut en venir le pouvoir de Macky. Ousmane Sonko devenu très populaire à cause des  multiples croque-en-jambes venant de ses adversaires du régime, a réussi à se tailler une base politique nationale. Macky qui reste le  maître d’œuvre de ce grand scénario politico-politicien de 2018, va pour sûr dérouler son film à partir du parrainage. Ces quatre mousquetaires au combat épique vont devoir faire les prolongations en 2019.Présidentielle oblige !

 

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici