Accueil Actualités Rixe entre étudiants à l’UCAD : Doit-on supprimer les associations ethniques ?

Rixe entre étudiants à l’UCAD : Doit-on supprimer les associations ethniques ?

L’union fait la force. La semaine passée, deux associations ethniques d’étudiants ont montré la laideur de cet adage. En effet, dans la nuit du 26 au 27 mars, à l’UCAD, kékendo (une association d’étudiants ressortissants du Sud) et Ndef Leng (une association d’étudiants sereres) se sont bagarrés. Pour cause : les sources parlent d’une histoire de moto. Ces dernières évoquent aussi une tension palpable entre les deux groupes depuis la naissance de Ndef Leng.

A l’UCAD, cela n’a jamais posé problème. Les étudiants d’une même localité se rassemblent par association pour régler les problèmes liés aux logements, aux bourses des nouveaux venus au temple du savoir… Prise sur cet angle, cette union est à saluer. Mais au regard de ce qui s’est passé à l’UCAD, ces regroupements à caractère ethnique semblent changer d’objectif. La concurrence et l’adversité animent les formations ethniques.

La violence existe à l’UCAD, surtout lors des élections des amicales dans les facultés. Mais on n’a jamais entendu que deux camps d’ethnies différentes s’affrontent. Une situation très dangereuse que les autorités compétentes doivent régler au plus vite. Même s’il faut supprimer toutes ces formations d’ethnie dans l’enceinte de l’université et créer d’autres cadres qui ne spécifient pas la fibre ethnique.

Si chaque groupement veut être le plus craint, qu’adviendra-t-il de ceux qui ne se sont pas affiliés à aucune association. L’UCAD n’est pas un ghetto ou la violence fait sa loi. C’est le temple du savoir et en lieu et place de la violence, les « matières grises » doivent rivaliser d’ardeur pour faire éclore la connaissance et le savoir. Mais hélas !

 

Fanta DIALLO BA-Senegal7