L'Actualité en Temps Réel

Sadio Mané : de Bambaly à Liverpool, le parcours fulgurant d’un footballeur d’exception 

0

Sadio Mané joue désormais pour Liverpool, l’un des clubs les plus populaires au monde. De la très modeste équipe de son village de Bambaly, en Casamance, au Melwood des Reds, l’international sénégalais, qui fait un début de saison étincelant en Premier League, aura  connu  une ascension particulièrement fulgurante. A la dimension de son immense talent.

Le 2 juillet 2016, sous un ciel bien dégagé, à grandes enjambées, Sadio Mané multiplie les tours de terrain. Quelques photographes et journalistes attentifs observent ses moindres faits et gestes. Au cœur de Melwood, le somptueux QG de ce club historique du nord-est de l’Angleterre, le virevoltant attaquant de 1m 75  a l’air d’un lutin à côté de ses coéquipiers Loris Karius, Joël Matip et Marko Grujic.  Sous les encouragements de son coach Jürgen Klopp, il donne l’impression  d’être dans le dernier virage avant la ligne d’arrivée d’un marathon.

Sadio 4Depuis l’annonce de son transfert à Liverpool, Sadio Mané fait la Une de la presse sénégalaise. Il est pratiquement sur le point d’éclipser  la plus célèbre star de l’histoire du football sénégalais, en la personne de son  compatriote El hadj Diouf, himself, dont le transfert avait couté la bagatelle de 18,5 millions d’euros.

Pour arracher Sadio Mané à Southampton, les Reds ont dû débourser le montant faramineux de  40 millions d’euros, soit le plus gros transfert de l’histoire du football africain à ce jour. Devant les Eto’o Fils, Didier Drogba et autre Yaya Touré.

Face à la caméra, dans les locaux du club, avec un brin de sourire et une bonhomie expressive, le joueur de 24 ans se prête, de bonne grâce aux questions de la chaîne TV de Liverpool. D’une voix posée, avec un anglais plausible, il prend le temps d’expliquer son choix, vantant la grandeur de son nouveau club et son projet. « Je sais que j’ai fait le bon choix, assure-t-il. Liverpool est le bon club avec le bon coach également. Je suis déjà surexcité à l’idée de rencontrer tous mes nouveaux coéquipiers et débuter la nouvelle saison ».

Après une pré-saison remarquée notamment contre le FC Barcelone, celui qui porte le numéro 19 griffe, d’entrée, les esprits dès la première journée de la Premier League. Sur la pelouse de l’Emirates Stadium, Sadio Mané ridiculise la défense des Gunners d’Arsenal. Alors qu’on jouait la 64e minute, l’attaquant sénégalais est lancé côté droit aux 50 mètres. Il s’infiltre à l’entrée de la surface, efface Chambers puis Monreal et repique dans l’axe. Il se met alors sur son pied gauche et enchaîne avec une frappe dans la lucarne opposée. Un but d’anthologie qui fait chavirer les supporters des Reds, loin d’Anfield.

« Son cheminement en club comme en équipe nationale a montré qu’il a une forte personnalité, juge Abdoulaye Sarr, ancien sélectionneur national du Sénégal. Sur le terrain, Sadio est quelqu’un qui ne se laisse pas faire, qui impose les consignes donnés par son coach. Il est en outre doté d’un mental qui dépasse la limite ».

Récemment, l’actuel directeur technique de Génération Foot a eu l’occasion de le voir à Mayence, puis à Wembley, lors du match contre le FC Barcelone en amical. « Il commence à prendre plus de maturité car de Metz il a su aller s’imposer en Autriche. Avant d’aller en Angleterre, le Bayern même le voulait. Et je pense que des clubs de ce calibre ne peuvent pas se tromper sur le talent de certains joueurs ».

L’ascension fulgurante du petit attaquant des « Lions » du Sénégal offre aux journalistes sportifs une très belle histoire à raconter sur celui que le président de l’académie Génération Foot classe sans difficulté « dans le Top 10 des meilleurs joueurs à l’heure actuelle, sans prétention».

Londres 2012, l’année de la révélation

sadio-manéA l’été 2012, il est sélectionné dans l’équipe olympique du Sénégal à Londres. Ce tournoi prestigieux  est aussi l’occasion pour les recruteurs de détecter de jeunes talents. Mady Touré, fin observateur, l’avait suggéré au sélectionneur Karim Séga Diouf. « J’avais dit à Karim Séga Diouf que pour les JO, il y avait un très grand joueur chez nous parce que les coaches d’habitude ne regardent pas les joueurs de Génération Foot, se souvient-t-il. Ayant de bonnes relations avec lui, il a accepté de le prendre dans son équipe. L’histoire de Sadio est partie de là ».

Le 26 juillet, le Sénégal entre en lice. Sadio Mané impressionne face à la Grande Bretagne, à Old Trafford. En compagnie de Moussa Konaté, Pape Ndiaye Souaré et Cheikhou Kouyaté, ils iront jusqu’en quarts de finale. Les quatre matches disputés lors ces jeux mettent en évidence ses principales qualités : technique, vitesse, vivacité et sens inné du but.

Alain Giresse ne dira pas le contraire, lui qui le convoque en équipe nationale A, pour la première fois, contre le Libéria, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique. A Monrovia, il marque le troisième but du Sénégal. «On sait qu’avec Sadio, dans son registre de joueur, c’est quelqu’un qui est explosif, qui a de la percussion et une grosse faculté d’élimination, analyse le technicien français. Ce sont des atouts que l’on se doit d’utiliser. On utilise Sadio parce qu’il a des gestes que lui seul est capable de faire».

Bambaly, là où tout a commencé

Sadio 4Mais Sadio Mané vient de très loin. Pratiquement de nulle part. Il y a 7 ans, à peine,  dans l’équipe de Bambaly, son village d’origine, en Casamance, il impressionnait déjà tous ses amis par son talent. Son oncle Sana Touré, venu d’Espagne pour des vacances, eut alors vent de ses prouesses sur le terrain sablonneux du village.

Toute la famille l’incite alors à aider son neveu afin  qu’il puisse avoir la possibilité  d’exprimer ses qualités techniques  ailleurs que dans son petit trou perdu au milieu de nulle part. L’oncle a la bonne idée de le présenter au Casa Sports, le grand club du Sud du Sénégal.

Mais par un malheureux concours de circonstance, le petit prodige, qui s’était blessé au cours d’une rencontre avec son club de Bambaly, n’eut pas l’opportunité de faire le test que lui proposait le club « vert et blanc ».

C’est finalement à Mbour, sur la petite côte, que Sadio et son oncle se retrouvent, à l’invitation des responsables d’un club « navétanes » très populaire dans la région, le Super Rail, qui se proposent de recruter la star de Bambaly.

Mais les dirigeants du club du village rechignent à laisser partir leur attaquant vedette en pleine saison de « Navétanes ». A l’issue d’âpres négociations,  Sana Touré parvint finalement à convaincre les dirigeants de Bambaly de libérer son neveu. C’est ainsi que Sadio Mané, après un dernier match victorieux contre Tineticom, rejoint Mbour le lendemain.

Dans cette ville balnéaire où officient de très nombreuses formations, le jeune joueur se concentre sérieusement,  la journée, sur ses cours, à l’école Academia. Le soir, il s’adonne, à corps perdu, aux entrainements. Avec lui, Super Rail remporte un trophée aux Navétanes.

L’éclosion à Génération Foot

SadioConquis, les supporters et la Petite Côte découvrent à leur tour l’incroyable talent que le président Malamine Seydi est allé dénicher dans le sud du pays. Mais pour l’oncle Sana Touré, un neveu qui tape aussi bien dans un ballon ne doit pas lanterner dans des clubs de modeste condition. Dès lors, les choses vont aller très vite.

Le jeune prodige est proposé à Génération Foot qui y organisait des matches test. Il y est alors admis. Sans la moindre difficulté.  « Quand j’ai vu Sadio pour la première fois, je me suis dit tout de suite qu’il y a quelque chose en ce garçon, se souvient Mady Touré, président de Génération Foot.  Je lui ai alors donné  l’assurance  qu’il avait bien fait de venir chez nous et que nous allions essayer de le faire progresser rapidement. »

Mady Touré lui ouvre ainsi la porte de son centre et lui promet un bel avenir, « à condition qu’il garde son humilité ». La condition n’a rien d’anodin pour ce monsieur qui respire le football et qui, dans les années 90, a prospecté à travers tout le pays pour l’OGC Nice, l’AS Nancy Lorraine et le FC Metz. En parallèle, il occupait les fonctions de directeur du management pour l’Afrique au sein de la société Sprint Communication et Management, à Monaco.  Sadio était à ses yeux un diamant brut et il allait se charger de bien le tailler.

Au centre de formation Génération Foot, le timide Sadio se  perfectionne et apprend les exigences du monde du football professionnel au contact des dirigeants de l’académie. Il loge dans les installations du centre à Sangalkam, dans la banlieue dakaroise.

Les week-ends, il rentre en famille à Sips (Thiaroye) ou à Mbour chez son tuteur Malamine Seydi.  Moussa Konaté, son meilleur ami joueur du FC Sion, avec qui il partage la même chambre en sélection nationale, ne tarit pas d’éloge sur le jeune prodige.

« Sadio et moi c’est depuis notre parcours junior, témoigne-t-il. On a tissé à partir de là une vraie relation amicale qui dure encore aujourd’hui. C’est un gars sympa et humble à la fois. Il est le genre de gars qu’on souhaite avoir toujours avec soi ».

Metz, début de l’aventure européenne

Mane MetzEn 2010, encore plongé dans l’anonymat, le talentueux attaquant rallie le FC Metz et la France, comme Papis Cissé et Diafra Sakho avant lui. Le club de la Moselle, en partenariat avec Génération Foot, accueille régulièrement de jeunes joueurs issus de l’académie de Dakar.

« A Génération Foot qui est descendue en Ligue 2, l’année où je l’ai découvert, il prenait la balle de derrière et éliminait tous ses adversaires, prenait un appui et se retrouvait devant les buts. Puis faisait une passe décisive ou marquait, se souvient Olivier Perrin, manager général de Génération Foot. Mais il sortait souvent parce qu’étant complètement explosé physiquement. C’est là que j’ai vu qu’il avait des problèmes aux adducteurs parce qu’il s’est fait opérer d’une pubalgie en arrivant à Metz au bout de 2 mois. Il l’avait pendant deux ans mais il ne me l’a jamais dit (rires…)».

Au sein du FC Metz, Sadio prend son mal en patience. Il attend le 14 janvier 2012 pour entrer en jeu, à 15 minutes de la fin du match, contre Bastia. Au final,  Il jouera 19 matches, avec un but à la clé, pour sa première saison.

Repéré l’année suivante par les dirigeants de Red Bull de Salzbourg en Autriche, il paraphe un contrat pour 4 millions d’euros. Sous les ordres des entraîneurs Roger Schmidt puis Adolf Hütter, il découvre un nouveau championnat et crève l’écran. Avec deux titres de champions, plusieurs clubs d’Allemagne et d’Angleterre tentent d’attirer le jeune homme qui a poussé ses études jusqu’en seconde, après avoir obtenu son Brevet de fin d’études moyennes (Bfem).

C’est finalement Southampton qu’il rejoindra le 1er septembre 2014, pour 4 ans, contre un chèque d’environ 15 millions d’euros. Dans cette ville portuaire du sud de l’Angleterre, sous la houlette du technicien néerlandais Ronald Koeman, l’international sénégalais réalise une première saison fracassante.

En mai, il réalise le triplé le plus rapide de l’histoire de la Premier League en 2 minutes 56 secondes, effaçant au passage le record détenu jusque-là par Robbie Fowler et qui datait de 1994, (4 minutes 33 secondes).

Son volume de jeu et sa vivacité contribuent à l’ascension du club qui termine 6e au classement final de la Premier League la saison dernière. Très impressionné, Ronald Koeman ne tarit pas d’éloge à l’endroit du joueur sénégalais, à l’issue de la 36e journée de Premier League où il avait réussi à planter un triplé contre Manchester City.

« Sadio était impressionnant. Il a eu trois occasions et il les a toutes mises dedans. 100% de réussite. C’est très bien et c’est ce dont tu as besoin pour battre les grandes équipes. Quand tu as une chance, tu la saisis et ça crée la différence», commentera-t-il.

Déjà très attendu avec les « Lions »

sadio equipe senegalAvec le Brésilien Coutinho et son compatriote Roberto Firmino, le virevoltant Sadio Mané constitue un atout offensif de premier choix pour Jürgen Klopp, qui l’avait déjà ciblé du temps où il manageait le Borussia Dortmund.

Il se réjouit naturellement de l’arrivée de l’international sénégalais dans son effectif, après la belle victoire contre Arsenal sur le site officiel de Liverpool : « c’est bien, bien, bien, mais il peut encore mieux faire. Nous avons vu pendant la pré-saison et aujourd’hui qu’il est incroyablement fort. Être techniquement bon et rapide est une bonne combinaison. C’est ce qu’il a montré dans le match et sur l’action du but ».

Si Jürgen Klopp se montre séduit, il ne manque pas de souligner que Sadio doit s’améliorer. « Sadio Mané peut faire plus que cela. Avec la façon dont nous défendons, tout le monde doit être impliqué. S’il s’implique davantage, il deviendra meilleur ».

Abdoulaye Sarr, longtemps entraîneur de l’équipe A du Sénégal abonde dans le même sens. « Là où il devrait s’améliorer c’est au niveau de la récupération, estime-t-il. Le football ce n’est pas seulement attaquer. Il faudrait qu’il puisse diversifier ses qualifier et travailler encore plus sur les phases défensives. Cependant, mieux vaut encore améliorer son potentiel au service de l’équipe, plutôt que de le confiner à des postes où il ne donnera aucun rendement significatif ».

Au Fleur-de-Lys Almadies, lieu de regroupement de l’équipe nationale du Sénégal, pour la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017, qui se joue le samedi 4 septembre prochain,  il sera incontestablement la principale attraction des médias. Pièce maîtresse du système d’Aliou Cissé, Sadio Mané sera également l’un des joueurs les plus attendus du rendez-vous du Gabon.

« On ne peut plus faire une équipe nationale sans Sadio Mané. Il est fait pour être le leader de l’équipe nationale. Si nous voulons une sélection performante, solide et explosive, Sadio est l’atout principal, Insiste Mady Touré, à 5 mois du coup d’envoi de la compétition continentale. C’est à Alioune d’organiser son équipe autour de lui ».

Mamadou Alpha Sané

Lignedirecte.sn

laissez un commentaire