Saison des listes rouges (Par Mamoudou Ibra Kane)

Listes rouges. Le tube de l’été. Un nouvel opus comme le Sénégal sait en composer ou se faire imposer à chaque hivernage.

Liste rouge des inondations. Du moins de la première pluie et les premiers dégâts recensés. L’Etat semble surpris alors qu’il a été prévenu. Alerté qu’il est, par son système d’assainissement défaillant. Alerté par des infrastructures routières et autoroutières certes nécessaires, mais souvent sans mesures d’accompagnement. Alerté par la construction sauvage de cités entières dans des zones non aedificandi ou d’immeubles dans des quartiers dits résidentiels en violation des normes d’urbanisme édictées. Un Etat alerté surtout par ses propres services. Heureusement d’ailleurs qu’il en dispose de très qualifiés dans l’anticipation, l’alerte et les correctifs. Seule manque une réactivité face aux intempéries qui figent la puissance publique dans un consternant immobilisme. La cohérence opérationnelle n’est pas que dans le déploiement des plans Orsec.

Il y a trois mois, l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim) avait averti. Dans ses prévisions, l’Anacim annonçait en rouge « un risque élevé d’éléments pluviométriques intenses voire même extrêmes ». Certes les conséquences d’une telle situation n’avaient pas été précisées. Mais un gouvernement averti n’en vaut-il pas deux ?! Le sujet des inondations, un tabou pour la majorité à la recherche… d’une nouvelle majorité en cette période de campagne électorale pour les Législatives du 31 juillet prochain. Du pain bénit pour l’opposition qui vise une cohabitation en contrôlant l’Assemblée nationale. La surenchère politique n’est pas loin sur une question sérieuse qui relève de la vision que nous devons avoir de l’aménagement de notre cadre de vie.

Phénomène naturel qui n’épargne a priori aucun pays, phénomène plus citadin que rural, les inondations -appellation parfois abusive- ne doivent cependant occulter la dimension bénéfique de la pluie. Dans un pays agricole et pastoral, il y a une campagne tout aussi importante, sinon plus importante qu’une campagne électorale. Il s’agit de la campagne qui concerne des secteurs vitaux tels que l’agriculture et l’élevage. On y ajouterait volontiers la pêche. De quoi préoccuper dans un contexte où partout dans le monde le sujet de la souveraineté et de la sécuritaire alimentaires domine les débats.

Liste rouge, disions-nous. En campagne électorale pour le scrutin législatif du 31 juillet, l’opposant Ousmane Sonko promet la publication de ce qu’il appelle « la liste rouge des médias corrompus ». L’annonce ne devrait pas tarder à être suivie d’effet, si on se fie au tempérament qu’affiche le leader de Pastef. L’Ofnac n’aura plus alors qu’à s’autosaisir de la déclaration de l’ancien Inspecteur des impôts entré en politique comme on entre en religion. Et d’ailleurs, pourquoi pas toutes les « listes rouges » ? L’opinion jugera et le pays ne s’en portera que mieux.

Ousmane Sonko s’est-il engagé dans un autre combat à mort : celui contre la presse ? L’hypothèse est sérieuse et la menace précise.
En attendant d’être édifié, le Sénégal est déjà rouge du sang versé par les dizaines de victimes du « Mortal Kombat » déclenché depuis mars 2021. Qui aura le courage d’arrêter le massacre ? Par les temps qui courent où la résignation semble être la chose la mieux partagée, la réponse à cette grave question n’est même plus évidente.

Mamoudou Ibra Kane