Accueil Politique Samba Bathily fusillé par ses désormais ex-partisans: «S’il veut rejoindre la mouvance...

Samba Bathily fusillé par ses désormais ex-partisans: «S’il veut rejoindre la mouvance présidentielle, qu’il y aille. Nous nous demeurons dans Bokk Gis-Gis»

A cause de son omission sur les listes d’investitures, le maire de Ouakam a officiellement claqué la porte de Bokk Gis-Gis, mais il ne pourra pas compter sur ses lieutenants pour le suivre. Ces derniers, en réponse à la réaction de leur désormais ancien leader, ont tenu une conférence de presse, hier, pour clamer haut et fort leur fidélité à Pape Diop. «Samba Bathily a récemment fait une sortie pour signifier à l’opinion publique sa sortie de Bokk Gis-Gis. Il est libre de quitter le parti, mais qu’il n’oublie pas que nous sommes ses lieutenants et que nous demeurons dans Bokk Gis-Gis», a déclaré Atoumane Diouf, conseiller municipal à la mairie de Ouakam. Selon M. Diouf, Samba Bathily, alors qu’il reproche à Pape Diop de ne l’avoir pas associé à la confection des listes pour les prochaines joutes électorales, a fait pire, en quittant le parti sans informer ses partisans. «Il n’a même pas pris la peine de nous informer. Nous l’avons su en même temps que l’opinion, à travers la presse. A défaut de nous demander notre opinion sur la question, il aurait pu au moins nous informer pour que nous soyons préparés à cela», dénonce Atoumane Diouf dan sle journal Les Echos.

Pour Atoumane Diouf, Samba Bathily ne doit pas s’y tromper, les vrais partisans de Bokk Gis-Gis ne vont pas le suivre où qu’il puisse aller. «J’ai entendu dire qu’il veut rejoindre la mouvance présidentielle, mais qu’il se le tienne pour dit, nous restons dans notre parti, parce que nous n’avons pas été éduqués pour valser d’un parti à l’autre. Nous avions fait de lui le seul et unique responsable de Bokk Gis-Gis à Ouakam, donc, par respect pour cette considération envers sa personne, il aurait dû nous consulter d’abord. Mais puisqu’il en est autrement, nous prenons nos responsabilités pour lui opposer un niet catégorique», indique M. Diouf. Le conseiller à la mairie de Ouakam de rappeler : «j’étais le coordonnateur de sa campagne lors des dernières élections locales. Nous l’avons élu avec 17,3% avec notre mouvement. Nous ne sommes certes pas des richards mais nous bénéficions de la sympathie des populations de Ouakam», a déclaré M. Diouf, avant de demander au maire de Ouakam de revenir à la raison avant qu’il ne soit trop tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici