Scandale foncier à Medina Baye : 5788 m2 de la cité religieuse attribuée à un promoteur

Ce qui se passe dans la cité religieuse de Medina Baye est inédite car la famille Niassène ne pouvait jamais imaginer au monde qu’un scandale aussi grotesque pouvait tomber dans leur fief. Comment l’Etat peut-il céder en bail un terrain aussi vaste de la cité religieuse à des promoteurs ? Et pourtant, c’est bien ce qui s’est passé.

Les commerçants du marché de Médina Baye ont fait face à la presse,hier mardi, en présence du Mame Mbaye NIASS, membre de la famille de Baye NIASS pour manifester leur colère contre ce qu’ils appellent le plus gros scandale du siècle au cœur de la cité Niassène.

En effet après l’exploitation de l’état des droits réels délivré par le service des impôts et domaine de Kaolack, grande a été la surprise de la famille Niassène de Medina Baye  de voir que leur propre terrain a été attribué  par l’Etat par voie de bail pour une durée de 30 ans, renouvelable à un certain Monsieur NDIAYE. « Nous n’accepterons pas cette forfaiture, dira Mame Mbaye NIASS.

La boulimie foncière n’épargne même pas  la cité religieuse de Medina Baye. Comment peut-on à deux doigts de la grande mosquée de  notre cité religieuse, attribuer plus 5788 m2 à un promoteur qui l’a encore hypothéqué pour 1 500 000 000 fcfa,

Ainsi,après une subvention de 2 000 000 000 FCFA par l’état, nous ne pouvons pas encore acquérir des cantines à 5 000 000 FCFA, dira le représentant de la famille Niassène qui estime que c’est le scandale du siècle. «  Ce matin, l’opérateur économique Baye CISS  a organisé un point de presse pour se constituer en bouclier pour les intérêts de Kaolack.

« Comment peut-on immatriculer un bien public, surtout un marché d’une ville religieuse au nom d’un individu qui en aura droit d’usus et fructus », dira-t-il !

Les petits fils et cadres de la ville sainte ont déploré le comportement de  Mouhamed NDIAYE RAHMA, qui a utilisé l’image  du khalif l’invitant à une journée de prière pour ensuite l’utiliser  pour des publireportages dans les réseaux sociaux.

Les litiges fonciers vont crescendo dans la commune de Kaolack. Un phénomène qui prend de l’ampleur et les complaintes sont nombreuses. Récemment, les populations de Lydiane sont montées au créneau pour fustiger la mainmise de M Ndiaye sur leurs terres. Koutal aussi est sur le même problème, et récemment, l’acquisition des locaux d’une ancienne banque fait toujours polémique.

Scandale foncier à Medina Baye : 5788 m2 de la cité religieuse attribuée à un promoteur
Lalia Bâ Senegal7