L'Actualité en Temps Réel

Scotland Yard : Un policier sérial-vi0leur accusé par une femme

Alors que la peine du policier David Carrick, jugé pour 49 agressions sexuelles, sera prononcée le 6 février, la défiance envers la police britannique grandit.

Voilà ce que disait David Carrick à ses victimes. Avant qu’il enfile l’uniforme, une plainte avait déjà été déposée contre lui, une autre tombe un an après son entrée dans la police. Elle est finalement retirée En tout, il fait l’objet de 9 signalements alors qu’il est policier.

À chaque fois, après enquête, aucune charge n’est retenue contre lui. Ce n’est qu’après l’onde de choc provoquée par la mort de Sarah Everard que les victimes osent. En 2021, une plaignante, restée anonyme, se livre enfin. Elle contacte la police du Hertfordshire, où Carrick vit et commet la plupart de ses crimes. Elle raconte.

Ils se sont rencontrés sur Tinder, elle a rendez-vous avec lui un soir. Il lui parle de ses armes à feu, lui dévoile qu’il veut « une femme soumise ». Après l’avoir fait boire, il l’emmène dans une chambre d’hôtel et la viole. Ce témoignage fait tomber le masque d’un prédateur.Très vite, une douzaine d’autres femmes se manifestent.
Viols, agressions, séquestration, intimidation, la liste est longue.

Il les appelait « ses esclaves », les isolait de leurs proches. L’une rapporte qu’il l’enfermait régulièrement dans un placard sous l’escalier. « Il s’épanouissait dans l’humiliation de ses victimes », conclut un inspecteur chargé de l’enquête.Le policier est finalement suspendu en 2021 et a été officiellement licencié de la Met la semaine dernière.

Il y aura certainement d’autres témoignages concernant Carrick, pensent les enquêteurs. Difficile de croire que le plus grand service de police du Royaume-Uni tombe des nues.Ses collègues le surnomment « Bastard Dave » tant ils le trouvent cruel. Le chef de la Met, fraîchement nommé, le reconnaît : « Nous avons échoué. David Carrick n’aurait jamais dû être recruté par la police. Je suis désolé.

comprends que cela conduise certaines femmes de Londres à se demander si elles peuvent faire confiance à la police métropolitaine pour assurer leur sécurité. »Culture de l’impunité Pour l’association End of Violence, il s’agit « de la plus grande forme de corruption dans la police britannique ». Ces manquements à répétition deviennent de plus en plus difficiles à dissimuler. Les derniers sondages révèlent que moins de la moitié de la population a une image positive de la police.

chiffres qui chutent au rythme des cas révélés dans la presse. Il y a une semaine, trois anciens officiers de la Met ont été accusés d’avoir en leur possession des images montrant des abus sexuels sur enfants. 1 633 accusations impliquent un policier sur les dix dernières années.

« La misogynie est enracinée dans la police, constate la criminologue Loretta Trickett, particulièrement dans la Met au regard du nombre de cas. » Celle qui a étudié le sexisme dans la police n’est pas étonnée par l’affaire Carrick. « Il faudrait former différemment les policiers, qu’ils soient tenus responsables publiquement de leurs actes et punis.

Et surtout, il faut des enquêtes indépendantes pour chaque cas, ce qui n’arrive jamais. » Rishi Sunak, le Premier ministre, souligne la nécessité d’un « changement réel et rapide », comme Boris Johnson deux ans plus tôt… Selon la criminologue, le gouvernement « ne comprend rien » aux discriminations sexistes et raciales.

Actuellement, il prépare un projet de loi pour renforcer le pouvoir des policiers dans l’espoir de mettre un terme aux grèves qui paralysent le pays et aux actions de Just Stop Oil. Une manière de prolonger la culture d’impunité au sein de la police, selon les associations féministes, note le Parisien.

 

A LIRE AUSSI :  SÉQUESTRATION D’UNE FEMME À OUAKAM : UN VIEUX PARLE DE SACRIFICE À L’APPROCHE DES ÉLECTIONS !

Assane SEYE-Senegal7