Accueil Actualités Secoués par des crises internes : Le Ps et le Pds au bord du précipice !

Secoués par des crises internes : Le Ps et le Pds au bord du précipice !

Capture

Le Ps et le Pds sont les formations politiques les plus en vue au Sénégal et parmi les plus anciens du terrain  politique Sénégalais. Cependant, ces deux partis traversent des crises internes. Si le parti socialiste a continué de compter parmi les partis politiques qui colorent l’espace politique, c’est grâce à Ousmane Tanor Dieng. Aujourd’hui, avec sa disparition, le Ps est dans une zone de turbulence. Idem pour le Pds. Dirigé de mains de maitres, par son fondateur, Me Wade, le parti est dans une situation inconfortable. Wade âgé,  ne veut pas passer le témoin et laisse son fils, Karim diriger le Pds par procuration depuis le Qatar.

Le Ps et l’après Tanor…

Cela est reconnu de tousSi le parti socialiste a continué de compter parmi les partis politiques qui colorent le landerneau politique, c’est dû en grande partie au leadership d’Ousmane Tanor Dieng. Depuis qu’il a été propulsé à la tête de ladite formation en1996, à l’issue du fameux congrès sans débat, le secrétaire général du PS a fait flèche de tout bois pour défendre au mieux les intérêts de son parti. Au lendemain de la perte du pouvoir, il porte le combat de la réhabilitation, celui de la réconciliation avec le peuple. Il faut préciser que le bilan des 40 ans du Ps à la tête du pays n’avait pas été élogieux et avait été négativement apprécié par le peuple. Ce qui a fait que les électeurs ne sont pas prêts à faire revenir le Ps aux affaires. Comme en attestent la débâcle du parti à la Présidentielle de 2007 et de 2012.

Aujourd’hui, avec le décès de Tanor Dieng et vide qu cela a engendré, force rst de reconnaitre que le parti laissé par Senghor va sans nul doute connaitre des troubles si les différents camps ne s’accorderont pas sur une issue heureuse à propos de l’héritage d’Ousmane Tanor Dieng qui n’a pas préparé la relève. Un petit brin d’allumettes risquera de mettre le feu à la grande maison socialiste. Ce, eût égard aux appétits des uns et des autres de prendre les commandes du navire vert de Colobane.

Déjà, des sages et certains responsables du parti se tirent dessus. Si les premiers sont d’avis que «c’est Aminata Mbengue Ndiaye, responsable nationale des femmes qui va succéder à OTD, les seconds, aidés par des constitutionnalistes  parlent de vide juridique, parce que «les textes du Ps n’ont pas évoqué de manière précise la succession au niveau du Secrétariat général du parti».

 «Le problème du Pds, c’est Karim…»

La léthargie notée au Parti démocratique Sénégalais (Pds) inquiète l’Universitaire, Moussa Diao. L’Enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis estime que «Me Abdoulaye Wade n’est pas le seul responsable de cette situation qui prévaut dans ce parti. Certains responsables aussi, de part leur inertie, sont tout aussi responsables. Ces leaders ne veulent pas d’affronter Me Wade. Ils n’agissent pas en faveur du Pds», explique-t-il dans les colonnes de SourceA.

Wade ne veut pas passer le témoin

L’enseignant est d’avis que «le parti risque d’être surpassé par les autres au moment où on est dans une situation de refondation des partis : le Ps est en train de la faire alors que le Pds devait lancer l’opération, procéder à des renouvèlements. Le parti est structuré, mais le problème c’est la direction car Wade ne veut pas passer le témoin, il ne veut pas responsabiliser les autres».

A l’en croire : «le problème du Pds c’est Karim Wade qui n’est pas là mais qui veut diriger par procuration et cela est inadmissible pour les autres».

 Exil prolongé…

Des responsables du Pds ont bel et bien déclaré que le combat politique s passe au Sénégal. C’est-à-dire sur le terrain. C’est en ce sens que l’exil prolongé de Karim Wade sème la zizanie au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds). Certains libéraux, qui ne cachent pas leur gêne de voir leur candidat hors du pays alors que les prétendants à la succession de Macky Sall sont sur le terrain, ont mis le sujet sur la table, lors de la réunion du Comité directeur.

En marge de la rencontre avant la présidentielle, des instances refusent de discuter de la candidature de Karim Wade au grande dam de la majorité.

Ainsi des libéraux ont dénoncé l’entêtement de Me Abdoulaye Wade, à vouloir à tout prix présenter son fils comme leur candidat. C’est d’ailleurs ce qui les a poussés à mettre sur pied le mouvement «And nawlé ci Pds).

Ses membres, dans une missive adressée à l’ancien président de la République du Sénégal, ont descendu ce dernier en flamme avant de s’en prendre à Me El Hadj Amadou Sall avec qui ils ont échangé des mots aigres-doux à la fin de la réunion du Comité directeur.

Le Ps et le Pds vers des lendemains incertains ? 

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici