Accueil Actualités Sénégal-La guerre des boucliers : Complot contre-complot

Sénégal-La guerre des boucliers : Complot contre-complot

Macky Sall Ousmane Sonko 1

Ousmane Sonko crie au complot sur l’affaire des 94 milliards. Le pouvoir crie au complot sur les menaces que le leader de Pastef fait peser sur le Macky. A la limite, nous sommes en présence de deux victimes : Sonko et le Macky. Chaque camp schématise l’adversité à sa guise pointant du doigt l’autre. C’est la guerre des boucliers entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui aspirent à l’exercer. C’est de bonne guerre dira-t-on de façon laconique mais les dommages collatéraux vont au-delà de la sphère politique. C’est le peuple Sénégalais qui va en souffrir le plus.
E
n assemblée générale avec ses souteneurs ce samedi à Pikine, Ousmane Sonko le leader de Pastef s’est voulu clair dans son speech. Selon lui, dans l’affaire des 94 milliards, un vaste complot serait ourdi contre lui pour sa liquidation systématique. Du côté du pouvoir prosaïquement, on imagine l’inimaginable pour ne pas se laisser esseuler par un politicien habile qui emploie la tactique de l’accusation pour requinquer son aura politique dans un contexte d’adrénaline où les Sénégalais ont une sensibilité à fleur de peau. Les uns exercent le pouvoir et n’entendent laisser personne au monde les discréditer afin de leur ravir la vedette au moment opportun, les autres aspirent au pouvoir et sont prêts à épuiser toutes leurs munitions d’accusation sur leur cible. D’évidence, cette lutte à mort sort inconsciemment du cadre formel, susceptible de démocratie pour s’encastrer dans un cadre partisan où aucune arme conventionnelle n’est de mise. Et c’est de là que les Sénégalais ne comprennent plus sur quel piédestal s’appuie la notion très controversée d’approche politique sous nos cieux. Si la définition la plus simpliste, serait de gérer la cité de façon efficiente, il reste que dans ce cas d’espèce, la gestion de cette cité se transforme en « animosité » loin de l’adversité requise dont le soubassement serait démocratique au sens diachronique du terme. Si entre Sonko et le Macky, c’est la guerre des boucliers qui est enclenchée, il est évident qu’il y aurait un fort soupçon d’absence d’intellect de la part des deux parties .Car, si les colons arrivaient à maintenir un semblant de « démocratie » ou les Lois était appliquées dans toute leur rigueur pour maintenir l’harmonie sociétale ,il va s’en dire que le sénégal aurait hérité du système politique judéo-chrétien sans jamais parvenir à le mettre en branle de façon efficiente et harmonieuse. Le plus fort use toujours de la force qui lui est conférée pour détruire l’autre mais le plus faible aussi s’accoude souvent sur des méthodes peu amènes pour détruire l’autre. A la limite, les Sénégalais se retrouvent groggy car ne sachant plus qui croire dans cette lutte autour du pouvoir. Complot contre complot, Sonko se déclare victime au même titre que le Macky. Mais le pire des complots dans cette affaire, c’est le peuple Sénégalais qui le subit dans une spirale de guerre sans fin autour du contrôle du pouvoir. Et ce qui est regrettable, c’est que les générations à venir risquent de reproduire les mêmes schémas politiques. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici