Sénégal : La liberté de la presse à l’épreuve du covid-19

0

Ce dimanche 3 mai marque la Journée mondiale de la presse. Cette date coïncide avec la pandémie du covid-19. Cependant, même si un journaliste n’a pas été arrêté en ce sens dans l’exercice de son métier, à reconnaitre que dans le traitement de l’information ayant trait au covid-19, un journaliste a été menacé par un ministre.

Toutefois, le Sénégal totalise cette année un score de 25,81 points soit 1 rang de plus comparé au classement 2018 où il était positionné à la 50ème place mondiale.

Les menaces du ministre Mansour Faye à Babacar Fall

C’est la seule fausse note pour le moment. En effet, alors que le ministre du développement communautaire, Mansour Faye faisait l’état des lieux sur le marché du riz et son transport, dans le cadre de l’aide covid-19 qui a suscité des polémiques, la question de Babacar Fall de la Rfm n’a pas du tout plu au ministre.

Car, le journaliste lui avait interpellé sur les soupçons de liens d’amitié qu’il entretiendrait avec l’homme d’affaires Rayan Hachem, dont les deux entreprises ont bénéficié de l’attribution de marché, dans le cadre de l’aide alimentaire, aux ménages, en riz.

Contre toute attente, cela a fait sortir le ministre de ses gonds, allant jusqu’à menacer le journaliste. «Tu le redis, je porte plainte contre toi», rétorque Mansour Faye, dans une colère noire.

Liberté de la presse au Sénégal

Sur 180 pays dans le monde, le Sénégal occupe la 49ème place dans le classement mondial de la liberté de la presse officialisé, le 18 avril dernier, par l’organisation Reporters Sans Frontières.

Le pays est classé 7ème en Afrique derrière la Namibie (23ème), le Cap Vert (25ème), le Ghana (27ème), l’Afrique du Sud (31ème), le Burkina Faso (36ème) et le Botswana (44ème).

Il totalise un score de 25,81 points soit 1 rang de plus comparé au classement 2018 où il était positionné à la 50ème place mondiale.

Le nouveau code de la presse et la réduction d’exaction sur les journalistes expliquent le léger bond du Sénégal.

Cependant, le pays réside dans la zone orange où la situation est considérée comme problématique.

L’amélioration du code de la presse avec la dépénalisation du délit de presse pourrait permettre de renverser la tendance, a confié Assane Diagne, directeur du bureau Afrique de l’Ouest de Reporters Sans Frontières.

Il faut, sous ce même rapport, procéder à l’adoption de la loi d’accès universel à l’information pour changer la donne, renseigne-t-il.

La Norvège occupe la première place du classement mondial devant la Finlande, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark et la Suisse.

La Chine (177ème), l’Érythrée (178ème), la Corée du Nord (179ème) et le Turkménistan (180ème) successivement ferment le classement.

Leave a comment