Accueil Actualités Sénégal : Les gaffeurs de la République !

Sénégal : Les gaffeurs de la République !

Aujourd’hui, la politique est devenue un métier dans notre pays. Un métier dont la pratique n’exige aucune formation, aucune préparation ni ingéniosité. Par contre, il faut rivaliser d’ardeur dans les insultes, invectives, médisances, calomnies et autres magouilles, histoire d’être plus remarqué afin d’être parmi les premiers et mieux servis, dans cette opération de partage du « gâteau national ».

 A la lumière de l’affaire Moustapha Cissé Lo-Yakham Mbaye et Farba Ngom, du transfert des six (6) gazelles Oryx de la réserve nationale du  Ferlo, à celle privée du ministre de l’Environnement Abdou Karim Sall ,du vote sans pièce d’identité de l’ancien ministre Macky Sall en 2002 en passant par l’histoire de la pierre de l’actuel président de l’assemblée nationale ,Moustapha Niasse et tant d’autres événements qui se sont déroulés sous cieux, on pourrait faire sien, le titre du livre de Alberto Toscano « ces gaffeurs qui nous gouvernent ».

Pourtant, feu Keba Mbaye avait averti en 2005, sur ce qui nous guettait avec cette classe politique, qui visiblement n’est pas à la hauteur des défis qui se posent à nous.

Jean François Bayart dans les années 1990 a réfléchi sur la gouvernance politique en Afrique au Sud du Sahara. Le chercheur et politologue Français en était arrive à cette conclusion, « l’Etat en Afrique : la politique du ventre ».

Dans son livre, il démontre l’appétence des dirigeants africains à « vampiriser » les deniers publics au profit de leurs conforts personnels. Un autre spécialiste de la politique africaine lui emboitera le pas. Jean François Medard ancien professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux dénonce, ce qu’il appelle le « néopatrimonialisme » du pouvoir Africain.

Les hommes politiques se sont donc arrangés à mettre en place un système qui spolie les richesses des pays. Notre pays n’échappe pas à ce mode de gouvernance aux antipodes des intérêts des citoyens. Dès lors, il ne suffit plus de s’armer suffisamment de connaissances, meubler l’esprit afin de mieux servir sa population. Mais simplement être très proche du Chef, le démiurge.

Face à une adversité de plus en plus rude et effrénée y compris chez des militants de même parti, la part de chacun peut diminuer. Et pour arriver à ses fins, tous les moyens sont bons. L’on ne met plus en évidence la force de l’argument, mais l’argument de la force. Ainsi, les hommes politiques usent et abusent d’insanités, d’accusations les unes plus farfelues que les autres, de subterfuges de complots et combines pour entrer dans les bonnes grâces du représentant de Dieu sur terre.

Et ce, dans le seul dessein de remporter la timbale.

L’image est belle ! Nous sommes en 2000. Le parti socialiste qui dirige le pays depuis 40ans est en ballotage défavorable avec le Pds de Me Abdoulaye Wade. Le ps convoque d’urgence une réunion pour trouver des stratégies afin de sortir victorieux du second tour.

Babacar Sine éminence grise du parti fondé par Senghor, est invité à la rencontre. Pourtant, malade, il ne tient même pas sur ses deux jambes. Mieux, il est soutenu pour pouvoir accéder à la salle. Hélas, ces tètes pensantes à l’image de Babacar Sine et bien d’autres constituent de nos jours, une denrée rare dans l’échiquier politique national.

Aujourd’hui, finies les écoles de partis, les universités d’été ou le temps d’un Week end, les politiques se retrouvent dans les amphithéâtres et bancs des universités pour parler idéologies , discuter des enjeux de l’heure, tout en participant à la conception d’idées des jeunes membres de leurs formations .Ce qui démontre que le débat politique est devenu puéril, pauvre ,d’un niveau très bas .

Cela à la lumière de l’affaire Moustapha Cissé Lo-Yakham Mbaye et Farba Ngom. Place donc aux paroles déplacées, attaques ad hominem, cripto-personnelles. A l’Assemblée les représentants du peuple n’hésitent pas parfois en venir aux mains. Gallo Tall du Pds et Ahmeth Suzanne Camara de l’Apr se sont bagarrés en pleine émission télé. La faiblesse du niveau des débats dans notre pays est facilitée aussi par la sous-documentation des journalistes et autres hommes de médias.

Les propos mal à propos et autres actes peu cohérents de nos hommes politiques font légion et sont quasi-quotidiens.A telle enseigne qu’on pourrait emprunter le titre du livre de Alberto Toscano publié en septembre 2011 : « Ces gaffeurs qui nous gouvernent ».Dans cette publication, ce commentateur politique en France revient sur beaucoup de gaffes d’hommes politiques du monde. Du « code électoral » de Claude Guéant à la chaussure de Khrouchtchev qu’il brandit en plein débat à l’Onu ; de l’innombrable série de « performances » de Silvio Berlusconi aux gaffes de Bush père et fils ; du célèbre « Je vous ai compris » de De Gaulle à la bourde de Gordon Brown qui, durant sa campagne, oubliant son micro-cravate, traite une veuve avec qui il venait de s’entretenir courtoisement de « vieille bigote», nos politiques sont d’invétérés gaffeurs.

Au Sénégal, Moustapha Niasse brandissant une pierre le 23 juin 2011, Moustapha Cissé Lo, Yakham Mbaye,Farba Ngom qui passent une bonne partie de leur temps à se chamailler, ou encore Souleymane Jules Diop ,une autre grande gueule pourraient bien figurer sur cette liste. Que dire d’Abdou Karim Sall,qui dans son verbatim en milieu de semaine, ne s’est même pas désolé de la mort de deux (2) gazelles Oryx, lors de leur transfert de la réserve nationale du Ferlo vers la réserve privée du ministre de l’Environnement et du développement durable qu’il est . Dans sa réaction, Abdou Karim Sall lance de manière péremptoire « cette situation ne m’ébranle pas. Je suis droit dans mes bottes ».

Cette incartade de Abdou Karim Sall, est venue nous rappeler encore une fois que le ministre de l’Environnement tient beaucoup à ses « bottes ». Lors de la journée de l’arbre à Lompoul, le même ministre plantant un arbre n’avait pas hésité à se mettre sous une natte.

Cela pour éviter que ses « bottes » ne soient souillées.

Passons sous silence cette violation du code électoral, une œuvre de Macky Sall.

Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique d’alors avait voté sans pièce d’identité.

C’était lors des élections régionales, municipales et rurales du 12 mai 2002.

Une situation qui désacralise l’engagement politique et porte un discrédit sur nos institutions. Parce qu’en définitive, les institutions ne valent que ce que valent les hommes qui les dirigent.

Invité le 14 décembre 2005, par l’Assemblée de l’université à donner la leçon inaugurale à l’Ucad 2, Keba Mbaye avait planché sur l’ « Ethique aujourd’hui ».

Un discours de l’ancien juge toujours actuel, dans un landerneau politique qui bouillonne à tout point de vue ou l’insulte, l’invective et la critique sur l’homme ont pris le dessus sur la prise en charge des difficultés dont sont confrontées les Sénégalais.

Chers politiques, il est temps de se ressaisir !

«Il n’est pas trop tard pour agir » avait conclu l’ancien président du comité d’éthique du CIO.

Diaraf DIOUF Senegal7

 

 

 

 

 

 

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici