Sénégal : L’opposition déchire le Pacte de Bignona

Il y a un mois, l’opposition Sénégalaise réunie autour du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), en déplacement dans le Sud pour, signé un pacte dit de Bignona pour pacifier l’espace politique. Elle avait lancé un appel à toute la classe politique, ainsi qu’à tous leaders d’opinion, aux mouvements citoyens et à la société civile, pour consolider cette décision. Une lueur d’espoir, au sortir des émeutes de mars ayant orchestré la mort d’une dizaine de jeunes manifestants. Mais l’accord n’aura duré que le temps d’une rose. 

Les appels au combat se multiplient dernièrement du côté de l’opposition. Comme qui dirait que celle-ci a rangé dans les oubliettes, sa promesse faite à Bignona, de pacifier l’espace politique. Un accord à travers lequel, il était question, entre autres points, de s’écarter « publiquement de toute personne ou groupe de personnes, qu’il soit du pouvoir, de l’opposition ou des mouvements citoyens ou de la société civile, qui par l’acte ou la parole, susciterait ou encouragerait la violence et la haine dans l’espace politique ».

Seulement, semble-t-il, il ne fallait pas beaucoup compter sur l’un des instigateurs de cette rencontre fatidique. Ousmane Sonko qui a très vite repris du poils de la bête.

Le principe opposant au régime de Macky Sall a, de nouveau, arboré sa tunique de combat. Lors d’un point de presse au relent d’une déclaration de guerre contre « les nervis » de Macky Sall, le leader de Pastef/les Patriotes a appelé à la loi du talion : œil pour œil dent pour dent. Quitte même, dit-il, à ce qu’il soit traité de violent. A cette étape de la situation, le député jure sur tous les Saints de ne plus laisser la tempête passée.

Son cortège récemment attaqué, Bougane Gueye de Gueum Sa Bopp accuse, sans se sourcier « les nervis de l’Apr ». L’opposant, comme à son habitude, ne tient pas une posture assez belliqueuse. Mais, il annonce une plainte contre ses pourfendeurs dans le Nord (Matam) et réconforte les jeunes du mouvement Fouta Tampi. Ceux-là qui compte internationaliser leur bataille. Toutes choses qui risquent s’embraser le pays.

Rappelons qu’au sortir des événement de mars dernier, le pouvoir, repousser jusqu’à ses derniers retranchements, avait prévenu de ne plus tolérer ce qui s’était passé. Toutes choses qui risque d’embraser à nouveau le pays de la Téranga. Surtout que les élections locales se profilent à l’horizon.

Ousmane Ndiaye – Senegal7