L'Actualité en Temps Réel

Sharm el Sheikh : Large fenêtre sur la Cop 27

Le président de la République Macky Sall a porté la voix de l’Afrique à la conférence des États Parties à la Convention des Nations-Unis sur les changements climatiques (Cop 27) à Sharm el Sheikh, en Égypte. En sa qualité de président en exercice de l’Ua, Macky Sall a appelé au respect des engagements pris. Selon M. Sall, Sharm-el-Sheikh « offre, à tous, pays développés et en développement, l’occasion de faire ou de subir l’histoire ».

Faire l’histoire, pour le chef de l’Etat, c’est tenir « nos engagements, tous nos engagements dont celui convenu de 100 milliards de dollars par an pour soutenir les efforts d’adaptation des pays en développement, et qui peine à être réalisés« . Subir l’histoire, fait-il remarquer, « en ignorant le principe de responsabilité commune mais différenciée, qui veut que ceux qui polluent le plus payent le plus, pour aider à sortir la planète de son état d’urgence climatique« .

L’Afrique est venue au rendez-vous de Sharm el Sheikh dans un esprit de participation responsable au sauvetage de la planète ; résolue à faire l’histoire et non à la subir. Pour le président de l’Union Africaine (UA) Macky Sall, il est temps d’agir pour sauver la planète. L’Afrique qui contribue « pour moins de 4% des émissions de gaz à effets de serre » est disposée à travailler avec tous les partenaires pour que la Cop de Sharm el Sheikh « ne soit pas un constat de plus sur le péril climatique, mais une action de plus en faveur du climat, dans l’intérêt des générations actuelles et futures« , a soutenu le président sénégalais.

La question des pertes et dommages causés par le réchauffement climatique figure à l’agenda de la COP. Une première. Les pays vulnérables réclament un mécanisme de financement spécifique. Le président en exercice de l’Ua a tenu à rappeler que « même si elle ne contribue que pour moins de 4% des émissions de gaz à effets de serre, l’Afrique souscrit à l’objectif ultime de neutralité carbone« .

Pour Eva Peace Mukyiranga, négociatrice junior de la Convention-Cadre, les populations vulnérables n’ont pas besoins d’agenda, elles ont besoin de finances. Cette Rwandaise travaille au sein de la délégation africaine depuis, comme spécialiste finance soutient qu’il faut réussir à obtenir un accord sur un mécanisme financier sur les pertes et dommages.

À lire aussi : COP27 : LE PRÉSIDENT MACKY SALL PLAIDE POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

Par ailleurs, le Bureau Opérationnel de Suivi du Plan Sénégal Émergent (BOS/PSE) vend le programme PSE Vert à la 27ème édition de la COP27, ouverte le lundi à Charm El Sheikh en Egypte. Un communiqué souligne qu’investisseurs, chercheurs, acteurs privés étatiques, entre autres, ont magnifié le programme qui vise à apporter des réponses pratiques à la problématique de la gestion de l’environnement, des ressources naturelles et de l’économie verte. D’après la même source, le Pse Vert se veut également un catalyseur des initiatives publiques et privées résiliantes aux changements climatiques, écologiquement durable et générateur de croissance inclusive, équitable, et à fort potentiel d’investissements verts et de création d’emplois.

En marge de la COP 27, le président Macky Sall a reçu le directeur général de BP. La compagnie pétrolière britannique réitère son engagement à développer des projets avec le Sénégal notamment Grand Tortue Ahmeyim et Yakkar Teranga.

A.K.C – Senegal7