Sidy Diop, le chroniqueur du Soleil raille Madiambal, Lobs, Yerim post et Cie

0

Dans sa chronique du lundi, le journaliste du Soleil, Sidy Diop est revenu sur les faits qui ont défrayé l’actualité la semaine particulièrement l’affaire « Sonko Tullow », le vendredi 11 janvier 2019.
Voici l’intégralité de la chronique :

« J’ai mal pour ma profession !

Notre profession est, malheureusement, malade. Elle est devenue une véritable passoire dans laquelle s’engouffrent tous les rebuts du système scolaire. Tous les phraseurs, tous les crieurs publics se font un devoir d’intégrer une rédaction. Or, le journalisme est un métier d’excellence. A la radio, dans un journal ou à la télé, les carences scintillent comme des étoiles dans une nuit noire. Le journalisme, ce n’est pas seulement aligner des mots sur une page blanche. C’est aussi et surtout une technique (de collecte, de vérification et de traitement de l’information), une éthique et une déontologie. On ne naît pas avec. On les acquiert par la formation et par la pratique. Aristote écrivait que « pour devenir habile en quelque profession que ce soit, il faut le concours de la nature, de l’étude et de l’exercice ». Toutes choses qui manquent obstinément à ces intrus au verbe plus gros que le talent.

Certains journalistes dans notre pays peuvent s’autoriser tout ce que les autres ne peuvent se permettre : se tromper, diffamer, diffuser de fausses nouvelles ou même inventer des histoires de bout en bout. Et quand un citoyen s’offusque de ces manquements ou décide de laver son honneur devant les tribunaux, la « confrérie » lâche la meute : touche pas aux journalistes ! La liberté de presse chez nous, c’est une licence, un passe-droit qui autorise toutes les vilenies, toutes les manœuvres, toutes les manipulations. Et puis clap ! Personne ne doit y trouver à redire.

Les journalistes, dans notre pays, risquent de perdre ce qu’ils ont de plus précieux : la crédibilité. C’est pourquoi nous devons nettoyer nos propres écuries, restaurer notre identité en assumant nos responsabilités. C’est le prix de notre salut ».

Leave a comment