Situation au Mali : « Je salue la fermeté de Macky Sall face au coup d’Etat » (Moustapha Diakhaté)

9

Une fois n’est pas coutume. L’ancien parlementaire Moustapha Diakhaté a adressé ses félicitations à Macky Sall et aux présidents de la CEDEAO pour leur position face au coup d’état survenu au Mali. Texte intégral :

Je salue la fermeté du Président de la République du Sénégal face au coup d’Etat survenu au Mali.
Je l’encourage à ne ménager aucun effort pour le retour aux affaires du Président Ibrahima Boubacar Keïta et pour mettre, ces militaires hors-la-loi, hors état de nuire à la démocratie et l’ordre constitutionnel du Mali.
Il urge que la Cedeao se dote d’une norme constitutionnelle communautaire portant révocation à vie des grades de tout militaire ayant pris part à un coup d’État.
La place des armées des États membres de la Cedeao c’est dans les casernes et aux frontières pour la sécurité nationale et défense des frontières héritées de la colonisation.
Par ailleurs, à l’heure actuelle et en vertu de la constitution malienne il n’y y’a pas de
demission du Président de la République du Mali encore moins de dissolution de l’assemblée nationale.
1. l’Article 36 de la constitution : « En cas de
vacance de la Présidence de la République pour quelque cause que ce soit ou d’empêchement
absolu ou définitif constaté par la Cour Constitutionnelle saisie par le Président de l’Assemblée
Nationale et le Premier Ministre, les fonctions du Président de la République sont exercées par le
Président de l’Assemblée Nationale.
Il est procédé à l’élection d’un nouveau Président pour une nouvelle période de cinq ans.
L’élection du nouveau Président a lieu vingt et un jours au moins et quarante jours au plus après
constatation officielle de la vacance ou du caractère définitif de l’empêchement. »
2. Article 42 : Le Président de la République peut, après consultation du Premier Ministre et du Président de l’Assemblée Nationale, prononcer la dissolution de l’Assemblée Nationale.
Les élections générales ont lieu vingt et un jours au moins et quarante jours au plus, après la dissolution.
L’Assemblée Nationale peut être dissoute dans l’année qui suit ces élections.

Show Comments (9)