Accueil Actualités Situation des Droits de l’homme au Sénégal : Un capharnaüm...

Situation des Droits de l’homme au Sénégal : Un capharnaüm !

A raison ou à tort qui  a raison de tous ou qui a tort de tous ? Cette question systémique  s’impose à tous les sénégalais qui ne comprennent plus ou en sont leurs droits les plus élémentaires. En effet quand les  fondamentaux de la démocratie sont faussés dès l’abord, tout le monde se retrouve dans le pétrin. Et c’est exactement  ce capharnaüm des droits de l’homme que vivent nos compatriotes. L’Etat et la République  ont tous échoué. En termes de droits de l’homme, tout y est devenu   sans que rien n’y soit  en termes de vertu sous nos cieux !

Point n’est besoin de revenir sur les derniers événements consécutifs à l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, l’iceberg d’une série sériée. Ce, pour épargner nos compatriotes suffisamment meurtris par moins d’une quinzaine de manifestants tués et  une terreur inouïe jamais connue sous nos cieux, l’on se dédouane  de toute lecture coupable de ce qui s’est passé.

Ce qui ne signifie guère qu’il faille exempter la justice du travail auquel elle s’astreint. Mais le fondamental, c’est de réfléchir globalement sur les voies et moyens pour redresser la barre et  remettre  le train de la démocratie sur les rails d’un pays devenu la risée du monde.

La mondialisation, c’est soustraire le Sénégal de ses enceintes. Le pays de la teranga ne peut donc se détourner de la manière d’agir et de voir  cyber mondialisé  et minimiser tout jugement tributaire de cette sphère planétaire. Diplomatie oblige.

La situation des droits de l’homme est peu reluisante sous nos cieux. Le département d’Etat Américain a indexé notre pays sur ce chapitre. Freedom house a sorti notre pays du cercle restreint des pays  soucieux de l’avancée démocratique. En effet tant d’autres juridictions et institutions internationales  ont  remis en cause les prévarications du pouvoir en place et certaines de ses décisions de justice sur des opposants arrêtés.

Mais au-delà du regard de ces Ong et « puissance » du monde, ce sont les sénégalais themself qui vivent une situation des droits de l’homme regrettable. Le jeu politique étant privilégié au détriment du jeu démocratique, le pouvoir s’arroge tout et devient tellement fort qu’il en arrive à écraser les citoyens sous quelques prétextes que soient.

Des opposants font souvent l’objet de poursuites judiciaires pour des raisons éminemment politiques. Des citoyens  sont lésés, brimés et appauvris sur leurs propres biens et sur les biens publics. Le sabre de la justice ne s’abat que sur les autres sans accoudoir.

Et toute cette batterie de prévarications se résume à cette maxime sous nos cieux : « Les forts ont des solutions et les faibles  ont des problèmes ».Il est donc inconcevable que l’on veuille faire croire au Sénégalais que tout va bien pour le meilleur des mondes possibles en ce qui concerne la situation des droits de l’homme dans notre pays.

Loin s’en faut. La situation des droits de l’homme est peu reluisante dans notre pays et toute tentative de vouloir la maquiller ne serait que de la diversion. Disons simplement  que nos compatriotes ont droit à un capharnaüm né d’un juridisme  inextinguible. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7