Accueil Actualités Situation préélectorale tendue : Macky mesure-t-il les risques d’embrasement du pays ?

Situation préélectorale tendue : Macky mesure-t-il les risques d’embrasement du pays ?

Face à un processus électoral plombé. Face aux nombreux  manquements constatés par des observateurs avertis sur la non-fiabilité des opérations de vérification des parrainages. Et aux dossiers judicaires controversés de Khalifa Sall et Karim Wade ; n’est-il pas plus judicieux à tous les acteurs de la scène politique nationale de trouver un large consensus en vue d’un bon déroulement de l’élection présidentielle de 2019 ?

Si la démocratie est perçue aujourd’hui comme le « pire » des systèmes  par certains penseurs, cela signifie clairement que cette notion n’a plus de charge pondérée ou alors elle reste biaisée dans son approche politique. La force d’un pouvoir central, est à rechercher dans sa capacité à trouver de larges consensus démocratiques pour la stabilité d’un pays. Mais le pouvoir de la force exclut toute notion démocratique et ressemble fort bien à une confiscation du pouvoir aux seules fins de faire passer ses intérêts contingents. Et le Sénégal qui  a longtemps servi de vitrine démocratique en Afrique au sud du Sahara devrait éviter de tomber dans des travers anti-démocratiques qui ne feront que reculer un pays qui aura déjà acquis beaucoup d’avancées démocratiques en ce qui concerne l’organisation d’élections libres, démocratiques et apaisées. En effet 2019 sonnent à nos portes mais les Sénégalais ne s’accordent  que sur leurs différends politico-judiciaires. On a beau détenir les forces de police, de gendarmerie, l’armée et les services de renseignements mais quand les Sénégalais se lèveront comme un seul homme, rien, ni personne ne pourrait arrêter leur furie. Opposition et pouvoir se regardent en chiens de  faïence, des candidats à la présidentielle sont éliminés, des cartes d’électeurs sont égarés, le fichier électoral est confisqué, le ministre de l’intérieur s’est  converti en partisan de son chef. A la limite, tout concourt à une explosion  de la colère des Sénégalais qui ne comprennent pas qu’un pays comme le sénégal puisse déboucher sur de telles dérapages d’ordre contingent au seul vouloir d’un régime qui ne veut rien entendre ni voir. Tout ce qui l’intéresse, c’est de réunir les conditions d’un second mandat, quel qu’en soit le prix à payer et les procédés pour l’obtenir. Le pays de la teranga mérite-t-il une telle posture sous-régionale dans un contexte de globalisation où seuls les pays tendant vers un sursaut démocratique, sortiront du gouffre de la contestation politico-sociale de leur peuple.Si c’est cela la démocratie, la démocratie est donc le pire des systèmes. Il faudra donc un autre système qui s’appelle autrement,  aux pays aspirant  à un « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple », pour ressusciter l’âme « démocratique » des peuples épris de paix et de justice sociale. Le pays de la teranga ne mérite pas cela et charité bien ordonnée commence par soi-même, a-t-on l’habitude d’entendre dire. Et teranga et démocratie font  bon ménage au sens diachronique des termes.

Assane SEYE-Senegal7