L'Actualité en Temps Réel

Société civile et  politique : Y’a-t-il un mariage de raison entre ces deux entités ?

Des membres actifs de la société civile ayant fait leurs marques dans la défense des intérêts de la société sénégalaise ont été cooptés par le président Macky dès sa prise de pouvoir. Guy Maruis Sagna le leader de Frapp France dégage a récemment déclaré sa candidature pour les prochaines élections législatives. Du coup, des interrogations légitimes se font jour sur ce mariage de raison qui semble dévoyer le rôle spécifique de la société civile dans un champ politique ouvert et auquel  tous ont droit dans une certaine mesure !

D’éminentes personnalités de la société civile  ont dû rejoindre le camp du pouvoir dès l’avènement de la deuxième alternance démocratique dans notre pays. Mais ce paradoxe existentiel nous aura menés à la complexité du rôle et de la définition   du concept de société civile.

C’est un terme de plus en plus galvaudé et qui ne fait pas toujours l’unanimité au sein des spécialistes des Sciences sociales. La société civile a connu sa véritable percée  avec la crise financière des années 80.

 L’incapacité de l’Etat-providence à régler les problèmes des citoyens nécessitait la constitution de la société civile et  son développement dans le processus de démocratisation du continent. Les différentes organisations qui la constituent restent cependant difficiles à classifier.

En outre, plusieurs esquisses de définitions  du concept ont  été   avancées mais celle qui semble le mieux faire l’unanimité est la suivante : « la société civile est cet espace de la sphère publique qui se développe avec une relative autonomie, voire une distanciation volontaire à l’égard du Gouvernement, dans ses activités et  dans la défense de ses intérêts, mais qu’elle n’existe que par l’Etat et qu’entre les deux se noue un jeu complexe d’opposition et de complémentarité ».

Quand des membres de la société civile s’invitent  au pouvoir, il ya nécessairement changement de camp. Dès lors, on est en droit de se demander si ces derniers portent toujours le combat du peuple ? A l’évidence, il ne sera guère aisé de leur dénier leur disponibilité à servir leur pays par la puissance publique ; mais le combat du peuple qu’elle portait devient de facto caduc.

Seulement hors de la ruche dit-on, l’abeille devient un insecte. C’est dire que ces membres de la société civile au pouvoir portent bien le combat du peuple mais autrement. Si l’on pointe du doigt des membres actifs de la société civile qui auraient intégré le pouvoir de Macky à l’entame de son magistère,il n’y a pas de raison aujourd’hui que le leader de Frapp France dégage, Guy Maruis Sagna ne puisse pas déclarer sa candidature en vue des prochaines élections législatives.

 Toutefois,  si la loi sur le parrainage et les  contentieux sur le processus électoral  ont constitué des dossiers brûlants sur lesquels, la société civile semble impuissante malgré  son rôle de vigile de la démocratie ,il n’en demeure pas moins vrai que la politique semble  la destination finale de ceux-là qui portent le combat du peuple.

 Gageons que  cette société dite civile se lèvera d’un bon pied pour anticiper le contentieux électoral  et les affaires de mœurs (Affaire Adji Sarr-Sonko) qui s’alourdissent de plus en plus à mesure que la présidentielle de 2024 approche.

Assane SEYE-Senegal7