Ageroute

Sonko : La rengaine !

L’affaire Ousmane Sonko ne se joue plus entre ce dernier et la masseuse Adji Sarr mais elle se joue au plus haut sommet de l’Etat. C’en est même devenu une affaire d’Etat même si l’on présume que le Chef de l’Etat n’en est pour rien. Le leader de Pastef comprend bien le scénario qui a été ébauché pour lui et entend ne jamais y tomber à l’instar de Karim Wade et Khalifa Sall.Sa seconde déclaration de presse résonne en effet comme une rengaine péremptoire à l’endroit de ses contempteurs qui ne réalisent pas  encore ce qui se dessine présentement sous nos cieux !

Le pouvoir ne tiendrait qu’à un fil et cela,le Chef de l’Etat Macky Sall a du mal à le comprendre à cause de sa toute-puissance  et du tour d’ivoire dans lequel il  se bunkarise. Le pouvoir ne tiendrait qu’à un fil et toute idée qui pénètre les masses,  devient révolutionnaire.

En effet,  dans ce feuilleton de viol imputé supposément au leader de Pastef les Patriotes Ousmane Sonko, les zones d’ombre l’emportent sur la véracité des faits. Et ce hiatus a suscité une montée d’adrénaline mitoyenne au mécontentement général des sénégalais désœuvrés par une gouvernance illégitime et prévariquant.

Ousmane Sonko ne saurait être un saint mais ce qui se dessine sous ses pieds est décryptable par un éphèbe hélé. Mais dans un monde de percée cyber technologique, tout gouvernement qui croit facile de réussir des coups fourrés risque de scier la branche à laquelle il reste adossé.

Le décloisonnement de l’information sous toutes ses formes n’offre plus la possibilité aux gouvernants de poser des actes qui soient contraires à la bonne marche de la démocratie. Sonko s’était fendu d’une première volte-face qui a valu à nombre de ses partisans d’être  pourchassés et arrêtés par les forces de l’ordre.

Ce jeudi, il rengaine et défie le Président Macky, l’Assemblée Nationale, le Procureur de la République, le Doyen des juges et j’en passe. Dans une lutte à mort, plus place aux lois et règlements, encore moins  au respect du parallélisme des formes.Du moins, c’est ce que les sénégalais constatent avec amertume d’ailleurs.

Tout se joue hors des sentiers battus et c’est ce que le leader de Pastef semble comprendre pour adopter une attitude de va-t-en guerre. Le Sénégal se place ainsi sur une poudrière incompressible. Dans un bras de fer entre la légalité incarnée par le pouvoir et la légitimité adoptée par le chef de fil des Patriotes, c’est aux sénégalais de trancher.

Mais n’oublions jamais que la légalité est tirée de la sève nourricière de la légitimité et toute tentative d’inverser la tendance pourrait être fatal. Dans l’affaire Sonko, la rengaine  demeure péremptoire !

Assane SEYE-Senegal7