Accueil Actualités Soro, Delan, Sonko : Les trois espoirs d’une nouvelle élite africaine

Soro, Delan, Sonko : Les trois espoirs d’une nouvelle élite africaine

africaine

Le vent de démocratisation qui a  jadis soufflé  en Afrique avec l’émergence de présidents de la République crédités intègres, hommes d’Etats et patriotes, commencent à s’effriter avec la volonté affirmés des  présidents Ouattara et Condé de briguer un troisième mandat. Certes, le président Macky du Sénégal n’a pas dit son dernier mot, mais il semblerait être sur la même longueur d’onde que ces pais africains, pour avoir limogé tous ses proches qui s’opposaient à son troisième mandat. Face à ces ténors, trois opposants font figure de challengers s’agissant de relever le défi de la nouvelle élite africaine aptes à supplanter leurs ainés.

Guillaume Soro, candidat à l’élection présidentielle d’octobre prochain en Côte d’Ivoire serait dans le viseur du  président Alassane Ouattara qui a opté en découdre avec son ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée Nationale.

Les enjeux politiques sont tels entre ces deux anciens collaborateurs qu’ils ne sont plus en odeur de sainteté. Accusé de détournement et de blanchiment d’argent, l’ancien commandant en chef des rebelles, âgé de 48 ans, a été condamné à 20 ans de prison.

Ce qui risque à terme de lui ôter toute possibilité de se présenter à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. Mais sachant le rôle stratégique qu’il a joué aux côtés de Ouattara  en 2011 pour prendre possession du pouvoir confisqué à l’époque par le président Laurent Gbagbo, il aurait eu un réseau très dense au sein de l’armée Ivoirienne, de la classe politique nationale et des citoyens. Ceilou Dal Diallo quant à lui, est un opposant chevronné.

Il compte dix ans d’expérience gouvernementale. A 58 ans, il est  arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle du 27 juin dernier en Guinée avec 43% des suffrages. La répression  exercée sur ses partisans de jour comme de nuit n’ont pu entamer sa détermination à s’opposer à un troisième mandat du Chef de l’Etat Guinéen Alpha Condé.

Quant à Ousmane Sonko, s’il se revendique d’une génération qui a grandi avec internet, il aura fait mentir ceux qui le résumaient à un « candidat Facebook ». Pour sa première candidature, cet ancien inspecteur aux Impôts et Domaines est arrivé troisième du scrutin avec 15,67 % des suffrages et semble avoir démontré qu’il faudra compter avec lui lors des prochaines échéances électorales.

Ces trois opposants aux régimes Ivoirien, Guinéen et sénégalais constituent des espoirs de la jeunesse africaine au Sud du Sahara. Ainsi, face aux présidents Alassane Ouattara, Alpha Condé et dans une moindre mesure, Macky Sall qui semblent tous s’acheminer vers un troisième mandat, ces trois opposants apparaissent comme la nouvelle élite africaine  susceptible de relever le défi de la démocratisation au sein du continent noir.

Ils ont la compétence, l’expérience politique et le profil requis  pour relever les défis de l’heure et résoudre définitivement la question du troisième mandat en passe d’empoisonner la vie politique en Afrique au Sud du Sahara.

Assane SEYE-Senegal7

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici