Accueil Politique Statut de l’opposition: Le PDS observe de loin le combat entre Rewmi...

Statut de l’opposition: Le PDS observe de loin le combat entre Rewmi et Pastef

La question du statut du chef de l’opposition est agitée de plus en plus depuis quelques jours.Une situation qui a installé des clivages énormes entre deux camps de l’opposition. Les partisans de Idrissa Seck et ceux d’Ousmane Sonko se livrent une guerre larvée sur les réseaux sociaux et par presse interposée.  Le PDS qui détient la majorité parlementaire  pourrait prétendre à ce statut qui sied à son rang mais il semblerait qu’il bute sur un obstacle inavoué.

Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, le statut du chef de l’opposition n’a été autant  disputé au sein du landerneau politique national. Un statut qui n’a d’ailleurs jamais existé dans le lexique des hommes politiques sénégalais avant la venue au pouvoir de Me Abdoulaye Wade en 2000. « Il faut absolument donner un statut à l’opposition », avait-il déclaré pour un besoin d’ancrage de la démocratie.

Le statut du chef de l’opposition fait partie des points à discuter dans le Dialogue politique initié par l’actuel président de la République. Cette  loi pourrait ainsi  permettre au leader désigné de l’opposition de disposer d’un fond annuel de 2 milliards Fcfa pour mener à bien ses activités.

Les discussions des acteurs  réunis au niveau du dialogue politique ont abouti sur la désignation de celui qui doit incarner ce statut. Mais depuis le début de la semaine, deux noms sortent du lot. Il s’agit de Idrissa Seck, leader de Rewmi et de Ousmane Sonko chef de fil de Pastef les Patriotes.

Arrivé deuxième lors de la  présidentielle dernière, Idrissa Seck semble le  plus pressenti à ce poste pour incarner le statut du Chef de l’opposition.  Pendant ce temps, les partisans de Ousmane Sonko trouvent que leur leader est celui qui incarne le mieux ce statut pou diverses raisons mais que ce débat ne les enchante pas car les priorités seraient ailleurs.

Ainsi, une guerre sur les réseaux sociaux a démarré entre les deux groupes qui se disputent la suprématie de  l’opposition.

Pendant ce temps, le parti démocratique sénégalais (PDS) du charismatique ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade ne s’est pas encore prononcé sur le sujet.

Le PDS peut bien prétendre  ce statut du chef de l’opposition car  il  dispose de la majorité  au niveau de l’assemblée nationale.

Mais pour autant,les partisans de Me Wade ne semblent pas se mêler  à cette  guéguerre que se mènent les deux autres groupes membres de l’opposition. Le Pds ne serait pas  intéressés par « ce cadeau empoisonné » miroité par le régime en place.

Ce qui devait être en réalité un symbole de l’union sacrée au sein de l’opposition sénégalaise, est en réalité entrain de déchirer cette dernière en trois parties. Pendant que les deux premières parties se mènent une guéguerre sans merci, la troisième observe de loin de manière désintéressée le spectacle qui s’offre à ses yeux.

Quand bien même aucune partie ne minimise ce que ce statut du chef de l’opposition pourrait engendrer en termes de légitimité et de légalité institutionnelle.Seulement l’observance des libéraux relève plus de la tactique que de l’indifférence. Car, en politique, rien n’est anodin.

                                                     Mouhamadou Sissoko-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici