Surpopulation carcérale : Quatre détenus décédés en prison entre janvier et août 2019

0

Le nombre de mort dénombré au niveau des prisons Sénégalaises monte crescendo. En maladie, brimades, conditions exécrables de détention et accidents, les prisonniers continuent de mourir en milieu carcérale sans qu’aucune mesure préventive des autorités ne puisse mettre un terme à cette série macabre.
Le bilan macabre affiche en tête de liste, le défunt Louis Dieng. Originaire de Joal et marié à une enseignante, il a perdu la vie dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 février, à la Maison d’arrêt et de correction de Mbour. Il partageait la chambre 8 avec 87 détenus. Le défunt, selon les informations officielles, avait succombé des suites d’une crise aiguë d’asthme. Mort causée par le surpeuplement carcéral. Trois mois auront suffi pour enregistrer le second décès de détenus, en prison. Serigne Fallou Ka, pour ne pas le nommer. Il est décédé le jeudi 2 mai 2019 dans les locaux de la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel. Le défunt, âgé de 23 ans, appréhendé le 29 avril, devait être jugé le jeudi 09 mai. Des informations relatées dans la presse indiquaient qu’il aurait été tabassé à mort par trois policiers et un Agent de sécurité et de proximité du commissariat de Mbacké. Mais le décès de deux jeunes incarcérés à la Chambre 11 de la Maison d’arrêt de Rebeuss est le plus récent. Deux jeunes victimes mortes le mardi 27 août dernier ‘’des suites d’une électrocution’’. Il s’agit de Babacar Mané et de Cheikh Ndiaye, deux détenus âgés respectivement de 17 et de 18 ans. D’ailleurs une autopsie effectuée par le Dr Ibou Thiam de l’Hôpital Aristide Le Dantec, effectuée hier, a fait état de ‘’lésions de brûlures électriques au niveau des épaules et des poignets. Congestion généralisée et intense des viscères. Ils sont décédés à la suite d’un arrêt cardio-circulatoire par électrocution’’.
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment