Accueil Actualités Suspension des essais cliniques avec l’hydroxychloroquine : Le Sénégal doit-il suivre l’OMS...

Suspension des essais cliniques avec l’hydroxychloroquine : Le Sénégal doit-il suivre l’OMS ?

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a indiqué ce lundi avoir suspendu « temporairement » les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine qu’elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution. Cette décision est consécutive à la publication d’une étude vendredi dernier dans la revue médicale «The Lancet » jugeant inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, a indiqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle.

Aujourd’hui, tous les systèmes de santé publiques du monde sont en alerte maximum. Aussi bien en occident, en Asie qu’en Afrique et ailleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé a avancé une prophylaxie du Covid-19 qui interpelle la planète-terre. Il s’agit de la suspension « temporairement » des essais cliniques avec l’hydroxychloroquine qu’elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution.

Cette décision aura surpris plus d’un au moment où l’utilisation de cette molécule donne des résultats satisfaisants dans beaucoup de pays qui ont expérimenté le traitement à la Chloroquine.

Au Sénégal, pas moins de 1000 patients ont été guéris grâce à l’utilisation de cette molécule. Le 02 mai dernier lors du point de presse mensuel du ministère de la santé et de l’action sociale, sur la gestion de la pandémie, le Pr Moussa Seydi rassurait sur le traitement des malades avec la Chloroquine.

« Au sujet du traitement des patients, les résultats obtenus jusque-là dans l’utilisation de la Chloroquine associée à l’Azithromycine, sont satisfaisants. Car, sur 367 patients traités avec cette molécule, seulement 12 ont senti des effets secondaires qui n’ont toutefois pas causé de complications majeures », indiquait le responsable du traitement des malades de la Covid-19 au Sénégal.

A l’instar du Sénégal, des pays comme le Brésil, les Etats-Unis, le Burkina Faso et d’autres pays ont recommandé l’usage de la chloroquine pour les patients légers du coronavirus.

La décision de l’OMS est d’autant plus gênante et étrange que l’Organisation que dirige Tedros Adhanom Ghebreyesus, très critiquée notamment par les Etats-Unis, ne propose pas grand chose pour le traitement des malades si ce n’est attendre qu’un vaccin soit découvert à cet effet, alors qu’on ne sait jusqu’à quand va durer ce suspens.

Devrait-on d’ici là, laisser le virus emporter certains patients qui peuvent être sauvés par le traitement à la Chloroquine ? Nous pensons bien que non. Il faut préciser que l’OMS n’a émis que des réserves quant à l’inefficacité voire le danger que pourrait présenter le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Il s’agit donc d’une décision que les différents comités nationaux de gestion des épidémies des différents pays devront apprécier en toute souveraineté en fonction des résultats obtenus jusque-là dans le traitement des patients. Pour le cas du Sénégal, les résultats ont été satisfaisants comme indiqués plus haut par le responsable du traitement des malades de la Covid-19, Pr Moussa Seydi, par ailleurs chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann de Dakar.

Pour l’heure, à défaut des « merles » qui peinent à produire un vaccin contre la Covid-19, le Sénégal se contente des « grives » qui donnent satisfaction à la guérison de nos malades. Et nous espérons que si l’Organisation Mondiale de la Santé ne lance pas sa suggestion en terme d’injonction, le pays de la teranga serait obligé d’utiliser l’hydroxychloroquine.  Car, il faut le noter, la Covid-19 est l’arbre qui cache la forêt d’une âpre concurrence des lobbies pharmaceutiques qui travaillent au monopole de la panacée susceptible de guérir cette maladie pandémique. Avec à la clé plusieurs milliers de milliards de dollars.

Et l’on sait de quel côté se situe l’OMS !

Abdoul K. Coulibaly – Senegal7 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici